30 de septiembre de 2008

Grupos_Inv_NUCEP (ELP)

GRUPOS DE INVESTIGACION
CLÍNICA DE LO FEMENINO
De lo general de un fenómeno: mujeres maltratadas, a lo particular de un caso: mujer maltratada.
Curso 2008/09
Reunión mensual, 2ºJueves de cada mes de 20 a 22 hs.
1ª Reunión: Jueves, 9 de Octubre
El objetivo de este grupo es la investigación de la subjetividad femenina en la época actual. Para ello tendremos en cuenta la estructura, aquello que es invariable y por otro lado aquello variable, que determina las formas actuales de lo femenino, el Otro contemporáneo. Son las normas de la época la que configuran una ética. Las mujeres a lo largo de la historia han cambiado de posición y ello no sin tener en cuenta al Otro Social.
Por un lado, la liberación de la mujer, su inscripción creciente en el campo laboral la ha colocado en una posición mas ofensiva que defensiva. Nos encontramos en la clínica con mujeres que proclaman su derecho al goce y lo exhiben. En otros casos se trata de mujeres que siendo madres, no asumen responsablemente la maternidad y privilegian el hecho de ser mujeres. Y por otro lado recibimos a aquellas que se quejan de su pareja, de lo insoportable de una relación.
Siendo ésta la época donde la mujer mas terrenos de libertad a conquistado, en lo social se habla de una peste, como de algo que azota a lo femenino. la llamada violencia machista. Y su erradicación se concibe desde lo pedagógico.
El discurso amo homogeneiza un conjunto al que denomina "Mujeres Maltratadas". Desde el psicoanálisis abordaremos la particularidad de lo que está en juego en esta denominación.
En primer lugar se trata de la mujer y su pareja, del tipo de lazo y el objeto que está en juego. La mujer al ser Otra, extranjera y enemiga para el pobre hombre primitivo se torna peligrosa. Entra en juego lo que Freud llamó "el narcisismo de las pequeñas diferencias", siendo este el germen del odio y el racismo. Tendremos en cuenta que la violencia social no es lo mismo que la agresividad en la pareja.
Aislamiento, miedo, falta de autoestima son los significantes que privilegia el cognitivismo en las llamadas victimas de la violencia machista. Test de reconocimiento de indicadores de maltrato y un arsenal de técnicas pedagógicas de modificación de conductas se aplican para palear el mal de la época. El sujeto está fuera de juego y la subjetivación se desconoce., El supuesto novísimo significante autoestima ya está presente en Freud cuando habla de sujetos con poca estima de si. Desde el Psicoanálisis tenemos distintas lineas de investigación para hacer frente al fenómeno que abordaremos en este curso.
Ana Lía Gana
PSICOANÁLISIS Y ARTE
Lo que impulsa al trabajo a este Grupo de Investigación es, en primer lugar, darle todo el peso conveniente al hecho mismo de esa presencia recurrente en Freud y Lacan de la obra artística y el artista. Es notable que lo que de allí extraen, coincide con un salto en el saber producido en el discurso psicoanalítico. En segundo lugar, la emergencia en nuestra época de un arte que sale del marco clásico y propone una modalidad del objeto de arte que es a examinar. En tercer lugar y a la luz de la enseñanza extraída del ejemplo de Joyce, que nos permite una nueva escritura del síntoma esta vez como sinthome, se nos impone una revisión de la noción de sublimación, tan presente en Lacan para definir la creación artística desde el seminario de La Ética y cuyo examen se prosigue en el seminario Los Cuatro Conceptos Fundamentales y El objeto del Psicoanálisis, donde vemos emerger otros problemas ligados a la perspectiva.
Una primera presentación del problema, atravesada de saltos, vacíos, interrogantes y planteos que deberán no sólo verificarse sino cuestionarse, a la luz del trabajo a provocar a lo largo del Grupo de investigación. Justamente a estos puntos a resolver es a lo que responde el inicio de esta labor, con la lectura de textos, comentarios y todas las referencias a las producciones más actuales del arte.
El Grupo de Investigación PSICOANALISIS Y ARTE, tendrá una reunión mensual, dentro del marco del NUCEP. Contará con un responsable y colaboradores. Su trabajo incluye la participación de artistas e Historiadores de Arte, además de todos aquellos que estimen de interés participar en su desarrollo.
Fecha de reunión: Primeros martes a las l9.30 hs.
Entrada libre para inscriptos del NUCEP. Matrícula anual de 100 euros para no inscriptos.
FECHA DE COMIENZO: 3 de octubre de 2008
Mónica María Unterberger (Responsable), Ana Ramírez.

Susana RojasSecretaría cdm-elp@arrakis.esTel. : 91- 559 14 87

Noticia:.ar



Mario Goldenberg ha sido invitado a formar parte del Consejo Asesor del Observatorio Argentino de Violencia en las Escuelas, el cual hace parte del Ministerio de Educación, en conjunto con la Universidad de San Martin y la Unesco.



¡Felicidades!


Centro Descartes - Asociado al Instituto del Campo Freudiano



A DIRETORIA DA EBP-SP
CONVIDA PARA
SEMINÁRIO DA ORIENTAÇÃO LACANIANA


POR ÁGUA ABAIXO
Sandra Arruda Grostein

Aula 13 do Curso de Jacques-Alain Miller (2007-2008)

01/10/2008- quarta-feira - 21:00

Coordenação: Ariel Bogochvol, Carmen Silvia Cervelatti e Luiz Fernando Carrijo da Cunha


[nel-debates] Primeras Jornadas Clínicas - Seminario de Intercambio


La Nueva Escuela Lacaniana sede Caracas - AP tiene el gusto de invitar a:

Primeras Jornadas Clínicas Anuales
La Utilidad Pública del Psicoanálisis
y
El Seminario de Intercambio de la NEL
a cargo de

Enric Berenguer

Psicoanalista Miembro de la AMP, NEL y de la ELP

9, 10 y 11 de octubre de 2008



El Psicoanálisis de Orientación Lacaniana ha dado un giro irreversible hacia lo social. Esto quiere decir hacer énfasis en el valor de uso del psicoanálisis para los sujetos y para las sociedades más allá de la imprescindible formación de nuevos analistas. Como respuesta eficaz al sufrimiento humano, como apertura de opciones diferentes a las patologías del acto para los oprimidos por el lenguaje.
En la sociedad venezolana decir ahora que el psicoanálisis tiene una "Utilidad Pública" constituye un equívoco, pues con ello nos referimos al carácter de instrumento que puede llegar a tener para un sujeto la escucha de su psicoanalista, y por medio de él hacerse útil el psicoanalista a la sociedad entera. Pero recientemente hemos asistido a la entronización de este sintagma por parte del Estado desde los dispositivos legales con los cuales se adelanta una política de expropiaciones. Para nosotros la Utilidad Pública significa otra cosa muy diferente. El psicoanálisis es útil al público, a la sociedad, porque por medio de él el sujeto puede adelantar una política de reapropiaciones: la reapropiación de su cuerpo, de su historia, de sus modos de satisfacción… de su destino.
La Asociación de Psicoanálisis, Sede Caracas de la Nueva Escuela Lacaniana, abre sus primeras Jornadas Clínicas al debate sobre el lugar del psicoanalista y de su acto frente a las formas que toma el malestar y el malvivir particular de los habitantes de Caracas. Desde los diferentes dispositivos desde los cuales actúa, las redes, los ambulatorios, los consultorios privados, el trabajo institucional en escuelas, hospitales, centros de salud, los psicoanalistas de la Orientación Lacaniana en esta ciudad constituyen muchas veces el último recurso del sujeto frente al Malestar en la Cultura. Es hora de que esos psicoanalistas hablen públicamente de la utilidad de su trabajo.

Inscripción:
Antes del 30 de septiembre de 2008
General: 130 BsF
Estudiantes:: 100 BsF

Desde el 1 de octubre de 2008.
General: 160 BsF
Estudiantes: 130 BsF

Forma de Pago:
Depósito en la cuenta de ahorros Banco Mercantil No. 0105-0277-237277-02282-3 a nombre de Ruth Hernández y enviar mail a
nelcaracasap@gmail.com, especificando nombre, monto y número del depósito.
Directamente en el local de NEL-AP; Av. Caurimare, Quinta Josefina, número 4, Colinas de Bello Monte.
Para mayor información comunicarse al Tlf. 753 45 42

nel-caracas

Asociación de Psicoanálisis

Av. caurimare, quinta josefina, número 4, colinas de bello monte. Tlf. (0212) 753 45 42. e-mail:
nelcaracasap@gmail.com


The Rally of the Impossible Professions: Beyond the False Promises of security

Dear Colleague,
On Saturday, 20th September, the London Society of the NLS hosted a "Rally of the Impossible Professions: Beyond the False Promises of Security", held under the auspices of the Federation of European Schools of Psychoanalysis.
The rally brought together people from various countries and fields of practice, each concerned for the integrity of their disciplines; most urgently those disciplines that cultivate that which is properly human: Richard Gombrich, Keith Hayward, Mark Neocleous, Michael Power and Robert Snell, as well as speakers from an audience of participants. We were joined by Jacques-Alain Miller as guest speaker. Pierre Gilles Gueguen, and Anne Lysy, President and Vice President of the NLS, were also present to support the event, and we thank them for joining us. Not least, we acknowledge pause to acknowledge the quiet commitment and steady work of members of the London Society, together with those co-opted workers who undertook the preparations for the event.
We came together in a conversation: One by one colleagues spoke of how the bureaucratic demands made in the name of 'regulation' erode the scope for ethical discretion in their work. The crude erosion of proper and pertinent professional judgement applied to the work makes regulation as currently conceived not only ineffective but counter-productive: blind in its movements, it unwittingly dismantles the know-how that orients practice. This insistent push of poorly formulated ideas of what constitutes effective intervention depletes desire and saps vitality. Thus leaving a workforce increasingly demoralised and believing itself to be impotent in the face of the no less insistent real of everyday crises.
Real concerns were voiced that proper education and relevant training are being abolished in favour of programmes that merely pander to an imaginary paper-based consistency; one that bears no relation to the contingencies that are a perrenial feature of everyday practice. Despite all of this, the meeting was not downbeat. The presentations were vivacious and rich in material from which we can draw valuable resources in the times to come. The conversation alighted at the uncomfortable but also vitalising question of "What do we do next?, which is a perennial question that we live with. For some clues in this instance, I quote from a report of the meeting given by Pierre Gilles Gueguen, President of the NLS:
"In his enlightening concluding speech, Jacques-Alain Miller related the various presentations and the general discussion to the rise of what Freud had named the death drive in our present society and to the foreclosure of the Unconscious that the politics of evaluation and false promises of security is spreading..."Do you believe or not in the Unconscious?" he asked the audience at the beginning of his speech. "Clearly, Positivism and Cognitivism disbelieve that the Unconscious exists"... This formulation appeared as an orientation for our next steps of action with the London Society and everyone that happens to be concerned.
"We will continue to entertain this question, 'What do we do next?', as a vector to help us remember that we can act. We can aim to do so in a precise way, responding not to merely implement a universal rule - which is really only an acting out - but according to how contingency instructs us.
The vitality of the responses to Saturday's conversation has been a precious effect of this encounter, and the London Society is enjoying the privilege of hearing from the people, one by one, who have taken something away with them. To keep faith with this desire, we aim to do what we can to support its continuation. One consequence is that Jacques-Alain has agreed to come to London again soon to talk with us in more detail. We expect further steps to come, one by one.
Best wishes,
Penny Georgiou, Chair, London Society of the NLS
Vicente Palomera, President, FESP

[Lacanian-Orientation-US] The Crumbled Building Blocks of Evidence-Based Medicine

forthcoming in the Fall 2008 Focus newsletter of the Creighton University Center for Health Policy and Ethics:
The Crumbled Building Blocks of Evidence-Based Medicine
Thomas Svolos

Certainly one of the greatest trends in medicine over the last decade has been the rise of a new mode of medical practice and medical education, that associated with Evidence-Based Medicine, the promulgation of practice guidelines, and other associated developments. Speaking, perhaps, in an overly simplistic way, we might say that there was once a notion of an academic physician as a master of the profession—whose mastery was characterized by experience, judgment, knowledge and clinical know-how, and other more or less “ineffable” aspects of the practice. There was a subjective and ethical aspect to the practice, and schools arose in medicine around the style of their great leaders, something that was passed onto those studying the practice.

That notion of transmission of medical practice has been replaced by a new one, where the frame is no longer defined by experience and judgment, but a new system in which, through a process of isolation and measurement, medicine (and the patient him or herself) is reduced to that which can be broken into bits, quantified, and evaluated in an application that—in adopting a style from science—at least appears to be objective and scientific. In this model, what cannot be quantified and reduced is relegated outside of the field of scientific medicine, making, in such a way, the doctor-patient relationship in clinical practice (transference, as it is known for the psychoanalyst), or the teacher-student relationship in education (another form of transference, for sure) no longer part of the practice or education. In this whole process, physicians give up responsibility and control for the practice to a varied group—payers, insurers, the government, groups of so-called physician experts, all operating now as Committees, who have now assumed (or, been handed over) responsibility for decision-making about practice and education.[1]

While some grumbling about this certainly occurs among older doctors, physicians as a group are remarkably complacent about these developments, accepting them without any significant critical examination. Or, perhaps we ought to say that this reduction and quantification within the realm of medicine has occurred at precisely the same time that we see a developing interest in non-Western or alternative therapies in medicine, as if people are seeking to pick up what is lost in “ordinary” medicine with a different doctor, a complementary doctor, where the physician-patient relationship and the “ineffable” aspects of care are captured with a different relationship.

But, again, while on a whole, mainstream medicine has accepted these developments without question, there is a serious literature within psychoanalysis (at least, psychoanalysis of the Lacanian orientation) that has attempted to carefully scrutinize these developments and examine their influence on clinical practice, especially in Europe, where a small groups of ideologues are attempting to eradicate an entire tradition of clinical practice in mental health care.[2]

It was something of a surprise, then, to come upon the remarkable study done by Erick Turner and colleagues on “Selective Publication of Antidepressant Trials and Its Influence on Apparent Efficacy,” published this spring in the New England Journal of Medicine.[3] In this study, Turner demonstrated that of a total of 75 or so studies completed on newer generation antidepressants, almost all of the 37 studies that demonstrated a positive result were published in the medical literature. Of the studies that demonstrated negative results of the medication, the majority were not published. Of those negative results that were published, the significant majority of those were distorted in such a way that what was originally (per the study design) a negative outcome was reported as a positive outcome. Using a complex statistical tool on effect size, Turner then demonstrated that, as a group, these medications, which have a fairly modest clinical effect as based on the published trials, IN FACT have a far more modest clinical effect when all the data (negative and positive) gathered about their clinical effect is factored into the analysis. The implication of the study is very clear: important information about these medications was withheld from physicians and the public, groups that based their decisions about the use of these medications on a distorted overly positive sample of the data that was selectively released into the literature.

In and of itself, this does not come as too much of a surprise. Any clinician with familiarity with this class of medications is aware that they just are not all that effective. And, in light of all the information that has come out in the last five years about pharmaceutical companies withholding information about medications (such as cardiac mortality in newer anti-inflammatory drugs; suicide risk in antidepressants; and, weight gain in some antipsychotics), only the most naïve person would be surprised by the revelation of a failure of the companies to release these data. And, even for the more scientifically minded physician, the statistical findings should not be too much of a surprise. After all, in all of the selectively released positive studies, the randomly controlled trials show about a 65% efficacy of the medication in comparison to a 50% or so efficacy for the placebo. Seeing that slimmest of margins in the published data will lead the astute reader to hypothesize the existence of studies that do not show the margin (after all, like many phenomena, these studies are distributed along a kind of Gaussian curve: we only got to see one side of the curve).

What I found most remarkable about Turner’s work is the extreme rigor and dispassion with which he approached the subject, using the very tools and techniques of this contemporary development of Evidence-Based Medicine to demolish one of the core foundational building blocks of Evidence-Based Medicine, namely the randomly-controlled trials that form the bedrock on which are built the practice guidelines that physicians are told they must follow to deliver quality care. The published literature, which forms the basis for the whole enterprise of Evidence-Based Medicine, contains a significant misrepresentation. It is not an “objective” source of knowledge about these treatments, but a carefully manipulated presentation of the data gathered by a Medical-Industrial Complex keen on controlling what is promulgated as “science” itself. This is most obvious in the “Supplementary Appendix” to Turner’s article (found on the website of the New England Journal of Medicine) that demonstrates the degree of outright deception in the ways in which some of the negative studies were subsequently reworked and manipulated into positive studies. If these randomized controlled trials are not to be trusted, this whole edifice needs to be re-examined. Physicians, especially in academic medicine, need to reconsider how they think of their practice and transmit that to students and colleagues. And, Evidence-Based Medicine and Practice Guidelines need to be reconsidered, not as the sole legitimate standard for what is scientific in medicine, but as a set of ideas and recommendations promulgated by some, which need to be treated with appropriate skepticism and a critical eye.

In his January 1961 Farewell Speech, President Eisenhower, while recognizing the importance of the military, offered cautionary words about the dangers of a “military-industrial complex,” which would pose a threat for the “disastrous rise of misplaced power” and threaten to “endanger our liberties or democratic processes” and which must be guarded against by “an alert and knowledgeable citizenry.” Within psychiatry and medicine, the work of Turner and his colleagues indicates that we are seeing nothing less than the rise of a similarly dangerous “Medical-Industrial Complex,” at least in the United States today, one which also holds an immense amount of power and poses similar threats to our liberties and to the democratic processes which are the basis of the social bond that is medicine and the work of physicians. Physicians, especially academic physicians, must reconsider the nature of their relations with this Medical-Industrial Complex and the extent to which they want to be complicit in deceptions such as those promulgated in the work that Turner has carefully studied.

[1] This very common shift from the single Master to the Committee was described in great detail by psychoanalysts Jacques-Alain Miller and Eric Laurent in their 1996-97 Seminar on “The Other who Doesn’t Exist and his Ethical Committees.” A session of the Seminar has been translated into English as “The Other who Doesn’t Exist and His Ethical Committees” in Almanac of Psychoanalysis 1 (1989): 15-35.
[2] See, for example, Psychoanalytical Notebooks, issue 16 (2007), especially François Sauvagnat’s “The Current State of ‘Evidence-Based Medicine’: Recent Reductionist Trends in Psychiatry and some of their Drawbacks” (85-95) and Eric Laurent’s “Blog-Notes: The Psychopathology of Evaluation” (45-75). These changes are situated within a broad philosophical and historical shift by Jacques-Alain Miller in “The Era of the Man without Qualities” (7-42). The politics of these developments as they have unfolded in France are carefully described in The Pathology of Democracy: A Letter to Bernard Accoyer and to Enlightened Opinion by Jacques-Alain Miller with Contributions from Bernard Burgoyne and Russell Grigg, London: Karnac Books, 2005. For the Francophone reader, the political philosophy of these developments are discussed in Jacques-Alain Miller and Jean-Claude Milner’s Voulez-Vous Être Évalué?: Entretiens sur une machine d’imposture [Do you want to be evaluated? Conversations on a deceptive machine], Paris: Bernard Grasset, 2004.
[3] “Selective Publication of Antidepressant Trials and Its Influence on Apparent Efficacy.” 
Turner, E. H., Matthews, A. M., Linardatos, E., Tell, R. A., Rosenthal, R. 
New England Journal of Medicine. 358 (2008): 252-260.
__._,_.___

[SLP-Corriere] Presentazione del libro di Domenico Cosenza




Cari colleghi,

vi ricordo l'appuntamento di venerdì 3 ottobre a Roma, libreria Bibli, via dei Fienaroli, 28.

La SLP di Roma, con la collaborazione della Biblioteca del Campo freudiano e dell'Istituto freudiano,
ha il piacere di presentare il libro del nostro collega

Domenico Cosenza, IL MURO DELL'ANORESSIA, Editore Astrolabio.


Questa è l'organizzazione della serata:

Introduce Sergio Sabbatini, segretario SLP di Rioma
presenta Monica Vacca, segretaria della Biblioteca SLP di Roma

intervengono, nell'ordine:

Elisabetta Spinelli, membro SLP, responsabile del Centro disturbi alimentari RMD
Massimo Cuzzolaro, Università di Roma Sapienza, past-president della Società italiana per lo studio dei disturbi del comportamento alimentare (SISDCA).
Anna Maria Speranza, Professore di Psicopatologia dell'infanzia, Università di Roma Sapienza
Domenico Cosenza, membro SLP, Università di Pavia,autore del libro.

Sergio Sabbatini




[SLP-Corriere] Attività segreteria di Milano



Cari colleghi e cari amici,
vi segnalo la presentazione del libro

A CIASCUNO IL SUO CERVELLO Plasticità neuronale e inconscio
di François Ansermet e Pierre Magistretti
Bollati Boringhieri, 2008 SABATO 18 OTTOBRE ore 16PRESSO LA FAST, P.LE MORANDI, 2
(P.ZA CAVOUR), MILANO
con interventi di
François Ansermet Pierre Magistretti Giorgio InnocentiAlfredo CivitaCoordina Carlo Viganò.

In allegato troverete la locandina

Cordialmente,
Fabio Galimberti

[SLP-Corriere] Conversazione DPA Ancona



Cari Colleghi,
vi invio in attach il programma della Terza Conversazione Clinica del Dipartimento sulle Patologie Alimentari (DPA)dell'Istituto Freudiano, che si terrà ad Ancona domenica 5 ottobre, con la partecipazione di Manuel Fernandez Blanco.

Un cordiale saluto
Domenico Cosenza


[SLP-Corriere] comunicazione

Con profondo dolore i membri e i partecipanti della Scuola Lacaniana di Psicoanalisi, i docenti e i partecipanti all’Antenna di Torino, insieme agli amici che si interessano alla psicoanalisi lacaniana annunciano che ieri si è spenta Mariangela Biga. Si stringono forte a Rodolfo ed alla famiglia di Mariangela.
Chi ha avuto il privilegio di conoscerla, ha potuto, in questi anni, apprezzare la serietà ed il rigore con cui ha partecipato alla vita della nostra comunità psicoanalitica torinese, sempre pronta a portare la sua esperienza legata al lavoro nel campo della psichiatria dei Servizi Pubblici, ma anche alle collaborazioni che con altrettanto entusiasmo ed impegno ha svolto con le Comunità Il Montello e, come socia, presso il Centro Psicoanalitico.
Con la stessa tenacia ha affrontato la dolorosa malattia, non tralasciando mai il filo che la legava a coloro che negli anni hanno imparato a stimarla e a volerle bene.


29 de septiembre de 2008

Mental 21


MENTAL 21

ESTA SEMANA ESTARA A LA VENTA

La societé de surveillance et se criminels
(La sociedad de vigilancia y sus criminales)

REVUE INTERNATIONALE DE SANTÉ MENTALE ET DE PSYCHANALYSE APPLIQUÉE
FÉDÉRATION EUROPÉENNE DES ÉCOLES DE PSYCHANALYSE
Mental 21
octobre 2008
La société de surveillance et ses criminels
Éditorial : Vicente Palomera
Jacques-Alain Miller : Rien n’est plus humain que le crime
Droit et pratiques de prévention et de surveillance
Serge Cottet : Criminologie lacanienne
Entretien avec Maître Charrière Bournazel : Tous criminels
Pierre-Gilles Guéguen : Lecture de l’affaire d’Outreau
Véronique Voruz : Psychanalyse et criminologie, stratégies de résistance
Nathalie Jaudel : Précaution maximale : prévention de la délinquance en Amérique et en Europe
Maryvonne Blouët-Bricoteaux : Les confidences de Madeleine
Entretien avec Jacques-Alain Miller : L’affaire Mosley
L’expert, le fou et la loi
Entretien avec Daniel Zagury : Un expert convaincu
Francesca Biagi-Chaï : Juger les fous, un cas de parricide paradigmatique
Entretien avec Jacques-Alain Miller : L’affaire Fritzl
Jean-Claude Maleval : Fantasme nécrophile et structure psychotique (I)
Luis Miguel Carrion Lopez : Agression et responsabilité dans un cas de psychose
Silvia Morrone : Face à la loi : responsabilité subjective ou conformité
Clinique du passage à l’acte
Julia Richards : Faits divers de la société américaine face à ses jeunes : du passage à l'acte à la psychopathie
Stéphanie Navas : Un garde du corps
Pierre-Paul Costantini : " L’acte est vierge, même répété "
Sandra Vasquez : Logique d’un crime
Patrick Paquier : Une jeune femme infanticide, dans lesmurs et hors les murs
Monique de Villers : Passage à l’acte meurtrier
Katty Langelez : James Ellroy, de l’errance toxicomaniaque à la localisation du crime dans son écriture
Dans les murs
Patricia Cottron-Daubigné : Doucement, les mots
Valérie Lauret : Effets de formation auprès du personnel pénitentiaire
Carlo Monteleone : Violence et délinquance comme volonté de représentation du sujet
ISSN: 1370-6063 - ISBN: 978-2-95-263344-4 - EAN: 9782952633444 - Prix:19 euros – Diffusion Seuil



28 de septiembre de 2008

Inicia el SOL en Bogotá





Para leer sobre la primera sesión del SOL en Bogotá, seleccione la imagen

[ecf-messager] Après - midi d'étude de l'ACF - IdF et d'APCOF - Affiche



Les voies de l’hallucination
Enjeux épistémologiques et cliniques
Centre Hospitalier Sainte-Anne Amphithéâtre Morel (Pavillon Magnan)
Samedi 22 novembre 2008, 13h30-18h30

Traditionnellement, ce phénomène élémentaire décrit par la clinique qu’est l’hallucination apparaît comme un trouble sensoriel, comme une conséquence d’un trouble qui affecte le système sensoriel ; le sujet expérimente alors une « perception sans objet ». Ce point de vue, au croisement des savoirs philosophiques et psychiatriques laisse entendre une « erreur cognitive ». Mais si nous adoptons une position épistémologique plus avisée nous constatons, que derrière les doctrines « sensualistes » ou « mécanicistes » ou « psychogéniques » qui ont longtemps dominé le champ d’explication du phénomène hallucinatoire, et qui ont prétendument érigé en science « l’objectivité » de la perception, l’expérience clinique témoigne plutôt des rapports paradoxaux et contradictoires qu’entretient le sujet avec la structure du langage. Il faut par conséquent revisiter la notion de « sujet » de la connaissance.
La clinique des psychoses va isoler ce moment où la réalité peut se mettre à parler toute seule dans l’hallucination. Structuralement, l’hallucination est verbale dans son ressort explicatif même si son point d’impact peut varier : audition, vision, olfaction, coenesthésie, etc. Elle est verbale car notre monde, notre réalité, est structuré comme un langage. Seulement, lorsque ce monde symbolique se fissure, lorsque le lien à l’Autre se défait (du fait d’un point de forclusion), peut se déchaîner dans le réel le signifiant. Dès lors, quel statut donner au sujet ainsi qu’à ses voix ; sur quels fondements épistémologiques notre modèle psychanalytique de l’hallucination se fonde-til? Enfin, d’un point de vue clinique et donc éthique, quelle manoeuvre adopter pour le clinicien ? Doit-il se contenter d’accueillir le phénomène, voire l’interpréter ? Doit-il au contraire le faire taire – en ayant recours aux médicaments ? Peut-il aider l’halluciné à subjectiver quelque chose ou enfin, doit-il l’orienter vers un certain savoir y faire avec ses voix ? Les invités de notre après-midi, qu’ils soient philosophes, psychiatres, psychologues ou psychanalystes, se sont mis à la tâche de refaire à rebours le chemin de la connaissance et de la pratique : partir de la clinique et des recherches actuelles pour remonter vers la fraîcheur du savoir psychiatrique à ses débuts.

PROGRAMME
13H30 Accueil
13H45 Ouverture : François SAUVAGNAT, Professeur des Universités (Paris VII et Rennes II), psychanalyste, membre de l’ECF
14H00 1ère séance : De l’erreur et de l’illusion au sujet halluciné (discutant : Dario Morales)
Laurence HEMMLER, psychologue, psychanalyste, EPS Paul Guiraud, Villejuif (94), « La science n’est pas une théorie de la connaissance »
Florent GABARRON, enseignant en Philosophie, « Archéologie de la pensée lacanienne : une lecture épistémologique de la thèse de Lacan »
Karim BORDEAU, professeur de Mathématiques, « le cogito et son point de réel »
15H30 2ème séance : De Clérambault, Henri Ey, et les neurosciences (discutant : Bernard Jothy)
Sylvie BOIVIN, médecin, interne psychiatre, EPS Erasme, Antony (92), « De Clérambault et l’automatisme mental »
Brice MARTIN, médecin, interne Psychiatre, CHSA, Paris (75), « L’apport d’Henri Ey »
Bertrand LAHUTTE, psychiatre, HIA, Val de Grâce, Paris (75), « Les hallucinations à travers l'histoire de la psychiatrie : les Classiques, Henri Ey et les neurosciences, continuité ou mutation ? »
Pause (16H45)
17H00 3ème séance : L’apport lacanien sur les hallucinations verbales (discutant : Céline Colliot-thélène)
Damien GUYONNET, psychologue, psychanalyste, « Quelques caractéristiques épistémologiques de la formalisation lacanienne de l’hallucination verbale »
Bernard JOTHY, psychiatre, psychanalyste, membre de l’ECF, « L'hallucination n'est pas sans objet »
Dario MORALES, psychologue, CHSA Paris (75), psychanalyste, membre de l’ECF, « La fêlure du signifiant »
18H30 Conclusion : Dario MORALES, Bernard JOTHY
Organisation : Atelier d’épistémologie (ACF Ile-de-France), APCOF (Association de Psychologues Cliniciens d’Orientation Freudienne)

27 de septiembre de 2008

[ecf-messager] i4+1, Le bulletin éléctronique des cartels N°1

Bulletin électronique des cartels de l’ECF

i 4+1 se veut un bulletin résolument hors série. On connaissait les morceaux choisis, eh ! bien on aura là plutôt des éléments décomplétés, des éclats, des flashs sur les avancées, les créations de repères des cartellisants. i 4+1 sera moyen de faire tourbillonner les témoignages d’embruns des vagues nées de l’agitateur de trouvailles qu’est le cartel sur les thèmes qui orientent et traversent l’École, sur les inventions, petites ou grandes, concernant les usages du cartel. Ces usages sont à revisiter à l’heure où l’École, les Sections cliniques, les ACF, les groupes du Champ freudien font valoir auprès d’un public élargi, hors de notre communauté, la clinique et l’éthique, le lien social que le discours analytique fait surgir.

Qui sont les auteurs d’i 4+1 ? Les cartellisants qui adressent leurs textes à la commission éditoriale composée de J.D Matet, P.Pernot, T.Vigneron. La curiosité des lecteurs est-elle mobilisée ? Ils pourront prendre contact directement avec les auteurs dont le mail est communiqué. Une piste pour de nouvelles formes d’inter-cartels ?

Quatre rubriques articulent ce premier envoi : * vers les Journées de l’ECF * les usages des cartels * les cartels fulgurants et le site Internet de l’ECF * l’agenda rendant compte des manifestations importantes dont vous nous ferez part en régions et à Paris. De cette rubrique est attendu qu’elle favorise de nouveaux modes d’échanges.

Les cartellisants qui souhaitent recevoir i 4+1 et ne sont pas abonnés aux listes ECFdébats et ecf-messager auront à nous communiquer leurs coordonnées.

P.Pernot

VERS LES JOURNÉES DE L’ÉCOLE LE RAPPORT SEXUEL AU XXIÈME SIÈCLE

En ACF-IdF, deux cartels express préparent les Journées des 12 et 13 octobre sur le rapport sexuel au XXI° siècle.

Marie-Hélène Blancard, Plus-Un de l’un d’eux, oriente la construction des cas à partir de l’interrogation sur l’invention sintomatique comme solution d’écriture du rapport sexuel qu’il n’y a pas. Elle en témoigne ainsi :

Des couples et des symptômes

« L’expérience de la psychanalyse nous permet de saisir les nouveaux semblants qui président

à la rencontre amoureuse, comme autant de suppléances à l’absence de rapport sexuel. L’amour n’est pas toujours ce qui fait lien dans un couple, parfois c’est un contrat de jouissance qui signe le partenariat (…) les modalités nouvelles de rencontre du partenaire, le choix d’un objet sélectionné selon des critères objectifs, les pratiques du corps, l’abstinence sexuelle, l’impuissance, etc.,sont comme autant de manières de faire avec le phallus défaillant ou absent …». Lire l’article page 3.

Catherine Bonningue, Plus-Un du second cartel express suit, chez Lacan , le passage du « pas d’acte sexuel » au « il n’y a pas de rapport sexuel ». Ses indications, qui comprennent les commentaires de J-A Miller sur ce point, ont guidé la présentation des cas construits par les cartellisants avec lesquels vous pouvez débattre.

Acte et rapport

« Avant de formuler Il n’y a pas de rapport sexuel, Lacan avait énoncé Il n’y a pas d’acte sexuel. Nous verrons que J-A Miller les fait d’une certaine façon équivaloir. (…)Voici quelques références de Lacan sur la notion de l’acte sexuel, que l’on retrouve également tout au long du Séminaire XIV. (…)Dans « L’acte psychanalytique », Lacan aborde la question de l’acte sexuel.(…). Dans « Cause et consentement », le 23 mars 1988, J-A Miller souligne … » Lire l’article page 4.

Marie-Odile Nicolas rapproche la hantise du vide juridique, démon contemporain, de la béance de l’impossibilité d’inscrire le rapport sexuel dans la structure.

Le rapport n’est pas la loi.

«… Lacan met en évidence qu’à la place du rapport qui ne peut s’écrire s’est logée la loi sexuelle – œdipienne dans notre culture. Là où il y a une béance au regard de la jouissance, la culture, la société, met la loi – cf. le "vide juridique", démon du XXIème siècle qu’il faut combattre sans relâche – ou le mythe … ». Lire l’article page 6.

LES USAGES DES CARTELS

Adela Bande-Alcantud, déléguée aux cartels de l’ACF-IdF, propose cette réflexion sur les cartels express.

Du cartel fulgurant au cartel-express

« L’intérêt du cartel (…) se voit redoublé par la fonction de la hâte dans les cartels-express (…) préparatoires aux Journées; la dissolution du cartel étant fixée à l’avance, chacun saisit à sa façon une contingence … ». Lire l’article page 6.

S’inscrivant à la suite des critiques de Lacan contre le behaviorisme, Winnicott, en 1969 déclarait la guerre contre le comportementalisme anglais.

Le début du XXIème siècle mondialise cette guerre (« il faudra la guerre et la guerre sera politique comme entre une dictature et la démocratie » annonçait Winnicott). cf. Quarto n° 85, pp.12-13

Comment utilisons-nous le cartel pour faire valoir, hors de notre École, « les devoirs [de la psychanalyse] dans les termes qui sauvegardent les principes de la vérité » ?

Michèle Astier adresse ces précisions.

Le cartel, un outil politique pour la psychanalyse

« Le cartel est une invention qui s’enracine dans la victoire anglaise de la seconde guerre mondiale, victoire due à la position éthique « d’un rapport (…) au réel ». Les anglais se sont référés à la sociologie des petits groupes (…). Lacan s’enseigne de cet envers d’un idéal référé à un chef pour « sauvegarder les principes de la vérité »…. Lire l’article page 7.

LE SITE INTERNET DE L’ÉCOLE ET LES CARTELS FULGURANTS

Le site internet de l’École évolue. Sur des problématiques fondamentales de la psychanalyse quiconque consultera ce site pourra trouver des éclairages témoignant de ce que l’orientation lacanienne peut apporter au public. Des textes seront proposés par des cartels fulgurants. Certains sont déjà constitués sur les thèmes … Lire la suite page 8.

AGENDA

Viennent d’avoir lieu

* ACF-IdF . Après-midi préparatoire aux Journées de l’ECF, animée par les cartels express, 20 septembre 2008.

Prendre contact avec Bernard Jothy bernardjothy@hotmail.fr

* ACF-VLB. « De l’utilité des cartels ; ses usages ». Après-midi des cartels et tirage au sort. Prendre contact avec Jeanne Joucla jeanne-joucla@wanadoo.fr

Claude Oger claude.oger@wanadoo.fr

* ACF Aquitania. Journée de rentrée des cartels. 20 septembre à Bordeaux.

Contact : Christiane Siret csiret@wanadoo.fr

Sont prévus

* ACF Esterel Côte d’Azur. Jeudi 2 octobre à Nice.

Contact : Chantal Bonneau bonneau5.chantal@orange.fr

* ACF Rhône Alpes. Montélimar le 2 octobre. Grenoble le 9 octobre. Lyon le 21 octobre.

Contact : P.Michel vp.michel@wanadoo.fr

* ACF Midi Pyrénées. 15 novembre à Toulouse

Contact : Chantal Simonetti simodau@wanadoo.fr

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Marie-Hélène Blancard Des couples et des symptômes

L’expérience de la psychanalyse nous permet de saisir les nouveaux semblants qui président à la rencontre amoureuse, comme autant de suppléances à l’absence de rapport sexuel. L’amour n’est pas toujours ce qui fait lien dans un couple, parfois c’est un contrat de jouissance qui signe le partenariat. De tels liens, consentis, assumés, n’assurent cependant pas une identité définie car, comme le dit J. Lacan, « … aucun acte de copulation ne peut délivrer au sujet la certitude d'appartenir à un sexe ».

Quel que soit son rapport au phallus, le sujet névrosé est dans l’impossibilité de penser le rapport à l’Autre sexe, comme de jouir du corps de l’Autre. Le non-rapport sexuel souligne l’absence dans l’inconscient du signifiant de "La" Femme, mais aussi l’importance du fantasme qui, par l’entremise de l’objet (a), vient suppléer cette absence et permettre la rencontre avec le partenaire. En revanche, le sujet psychotique est contraint d’inventer à chaque fois une solution originale qui lui permette de pallier le défaut de la signification phallique.

Nous interrogeons tout ce qui, dans la vie d’un sujet, peut faire symptôme contemporain :

les modalités nouvelles de rencontre du partenaire, le choix d’un objet sélectionné selon des critères objectifs, les pratiques du corps, l’abstinence sexuelle, l’impuissance, etc., comme autant de manières de faire avec le phallus défaillant ou absent. La clinique nous sert à situer le cadre fantasmatique et les coordonnées signifiantes déterminant un choix d’objet pour un sujet. Les cas seront exposés selon les axes de contingence, de singularité et d’invention, indiqués par Jacques-Alain Miller.

(1) (2) Miller J-A.,La Lettre mensuelle n° 225.

Plus-un : Marie-Hélène Blancard, mhblancard@orange.fr ,

Eliane Calvet, ecalvet@cegetel.net

Marguerite Ginestet, marguerite.ginestet@wanadoo.fr
Miguel Urrutia, miguelazo2@yahoo.fr
Corinne Prugnaud, cprugnaud@wanadoo.fr

Catherine Bonningue Acte et rapport

Avant de formuler Il n’y a pas de rapport sexuel, Lacan avait énoncé Il n’y a pas d’acte sexuel. Nous verrons que J-A Miller les fait d’une certaine façon équivaloir.

Voici quelques références de Lacan sur la notion de l’acte sexuel, que l’on retrouve également tout le long du Séminaire XIV. Lacan commence à évoquer l’acte sexuel dans le Séminaire « La logique du fantasme ».

Dans Mon enseignement, page 32 : « La sexualité fait trou dans la vérité. La sexualité est justement le terrain où on ne sait pas sur quel pied danser à propos de ce qui est vrai. Un acte, ce n’est pas simplement quelque chose qui vous sort comme ça, une décharge motrice […]. On se demande dans cette relation [sexuelle], quand on est un homme par exemple, si on est vraiment un homme, ou pour une femme, si on est vraiment une femme. […] Quand je parle d’un trou dans la vérité, […] c’est l’aspect négatif qui apparaît dans ce qui est du sexuel, justement de son inaptitude à s’avérer. C’est de ça qu’il s’agit dans une psychanalyse. »

À Yale University, en 1975 : « La soi-disant fondamentale sexualité de Freud consiste à remarquer que tout ce qui a affaire avec le sexe est toujours raté. [] Le ratage lui-même peut être défini comme ce qui est sexuel dans tout acte humain. C’est pourquoi il y a tant d’actes manqués. Freud a parfaitement indiqué qu’un acte manqué a toujours affaire avec le sexe. L’acte manqué par excellence est précisément l’acte sexuel. […] C’est ce dont toujours les gens parlent. »

Lacan commence à évoquer l’acte sexuel dans le Séminaire « La logique du fantasme ». Le 22 février 1967, le 12 avril 1967, il déclare successivement : « le grand secret de la psychanalyse c’est qu’il n’y a pas d’acte sexuel. (…). Y a-t-il dans l’acte sexuel, ce quelque chose où selon la même forme le sujet s’inscrirait comme sexué instaurant du même acte sa conjonction au sujet du sexe qu’on appelle opposé ? » Puis : « J’effacerai ce que j’ai dit du grand secret […]en ceci, justement, que ce n’est pas un grand secret, que c’est patent, que l’inconscient ne cesse de le crier à tue-tête […]si nous le répétons avec lui on ne viendra plus nous trouver ! Ah quoi bon, s’il n’y a pas d’acte sexuel ? Alors on met l’accent sur le fait qu’il y a de la sexualité, en effet, c’est bien parce qu’il y a de la sexualité qu’il n’y a pas d’acte sexuel. »

Dans « L’acte psychanalytique », Lacan aborde la question de l’acte sexuel et de l’acte psychanalytique le 15 novembre 1967, puis le 22 novembre 1967, il parle du « caractère irréductible de l’acte sexuel à toute réalisation véridique. » Le 10 janvier 1968, il évoque la béance propre à l’acte sexuel et le 17 janvier 1968, il remarque: « Il n’est pas de réalisation subjective possible du sujet comme élément, comme partenaire sexué dans ce qui s’imagine comme unification dans l’acte sexuel. »

Dans le Séminaire XVI, à la page 207 : « […] À prendre acte dans l’accent structural où seul il subsiste, nous pouvons énoncer qu’il n’y a pas d’acte sexuel. » Page 277 : « […]il n’y a rien de structurable qui soit proprement l’acte sexuel. » Page 346 : « […] Il n’y a pas d’acte sexuel, au sens où cet acte serait celui d’un juste rapport, et, inversement, il n’y a que l’acte sexuel, au sens où il n’y a que l’acte, pour faire le rapport. » «[…] la dimension […]de l’acte sexuel […]c’est l’échec. C’est pour cette raison qu’au cœur du rapport sexuel, il y a dans la psychanalyse ce qui s’appelle la castration. »

Dans le Séminaire XVIII, pages 33 et 37, Lacan nous dit aborder Il n’y a pas d’acte sexuel sous un autre angle : « Dire que la chose ne peut s’écrire que l’achose veut dire qu’elle est absente là où elle tient sa place. Ou, plus exactement, que, une fois ôté, l’objet petit a qui tient cette place n’y laisse, à cette place, que l’acte sexuel tel que je l’accentue, c’est-à-dire la castration. »

Voyons maintenant ce que nous en dit J-A Miller dans son cours l’Orientation lacanienne.

Dans « Des réponses du réel », le 20 juin 1984, il note que ce qu’avance Lacan avec Il n’y a pas d’acte sexuel, est que « l’acte sexuel n’est pas de nature à engendrer dans le sujet la certitude ». Plus loin, il souligne que Lacan nous a donné « les mathèmes de deux sexuations distinctes, mais pas le mathème de l’acte sexuel, ni non plus celui du rapport sexuel. Le rapport sexuel serait le mathème qui pourrait s’écrire de l’acte s’il y en avait un. »

Dans « 1, 2, 3, 4 », le 29 mai 1985, J-A Miller revient sur le lien entre ces deux formules lacaniennes : « Il n’y a pas d’acte sexuel présage Il n’y a pas de rapport sexuel. »

Dans « Extimité », le 9 avril 1986, il précise : « Lacan a corrigé ce Il n’y a que l’acte sexuel d’un Il n’y a pas d’acte sexuel. […]C’est bien parce que l’acte sexuel ne délivre pas une certitude d’identité sexuelle, que Lacan en abandonnera la formule pour mettre en fonction le rapport sexuel. L’acte, en effet, vaut la certitude. »

Dans « Cause et consentement », le 23 mars 1988, J-A Miller souligne que chez l’homme aux loups l’observation de l’acte sexuel entre les parents gouverne les choix érotiques. Il ajoute : « Selon Freud, c’est à partir de ce qu’il pourrait bien avoir observé de l’acte sexuel entre ses parents, que le sujet cherche à se repérer sur ce que c’est qu’être un homme et sur ce que c’est qu’être une femme. »

Dans « De la nature des semblants », le 17 juin 1992, nous trouvons ce commentaire : « l’acte sexuel, est ce qui ferait qu’on arriverait au ergo sum sexuel par la voie de la relation sexuelle. » Mais « c’est la castration, non la copulation, qui apparaît le pivot, le foncteur de l’assomption sexuelle. »

Dans « Donc », le 22 juin 1994, il énonce « le mathème de la passe est une résolution de l’impasse de l’acte sexuel. La passe constitue une issue au regard de l’impasse qu’est l’inexistence de l’acte sexuel ». Il note à propos du cas Dora : « Le cas achoppe sur ce forçage de Freud qui s’imagine que de l’impasse pour Dora, c’est de se réaliser comme sujet dans l’acte sexuel. […] Chaque fois que Freud prône l’acte sexuel ou qu’il voit dans l’acte sexuel la solution de l’impasse du sujet, il maçonne cette identification phallique du sujet. »

Le 29 juin 1994 : « Lacan a […]affirmé qu’il y avait un acte qui peut toucher le rapport du sujet à la jouissance (la passe). » « Ce qui fonde ce qu’on appelle l’acte sexuel, c’est le transfert de jouissance du corps propre au corps de l’Autre. »

Dans « Une lecture de D’un Autre à l’autre », 3 mai 2006, 17 mai 2006, (La Cause freudienne n° 64 à 67) J-A Miller articule acte sexuel et défense : « L’acte sexuel ne répond pas pour le sujet à la question Suis-je homme ou femme ? […] Il prend Il n’y a que l’acte sexuel comme donnant la raison de toute défense. Lacan évoque ici que toute défense serait défense contre l’acte sexuel, ce dont on trouve l’écho dans D’un Autre à l’autre, lorsqu’il évoque une logistique de la défense. (Séminaire XVI page 230) Le savoir des pulsions suffit pour rendre problématique l’acte sexuel, dans la mesure où les pulsions sont capables de se satisfaire hors du but sexuel. […]Si l’acte subsiste comme sexuel, il ne peut pas faire le rapport sexuel, parce que c’est un acte toujours manqué, entendons toujours manqué à atteindre le point à l’infini de la jouissance. C’est pourquoi il donne à ce manqué de l’acte sexuel la présence, au cœur du rapport sexuel, de la castration, le a venant alors se substituer à la béance du rapport sexuel. »

Plus-Un : Catherine Bonningue catherine.bonningue@hotmail.fr

Michèle Bouvard michele.bouvard1@orange.fr

DamienGuyonnetdamien.guyonnet@free.fr

LaurenceHemmler laurehemmler@yahoo.fr l
MarcSchaffauser marcschaffauser@orange.fr

Marie-Odile Nicolas Le rapport n’est pas la loi.

Freud a inscrit la polarité sexuelle via le phallus, dans un l’avoir ou pas sur quoi s’échafaude le complexe d’Œdipe à partir de la loi du père. Mais Freud lui-même repère que sa théorie laisse ainsi de côté la sexualité féminine.

Lacan pose un « ça rate » entre les sexes : la dualité, en forme de complétude, du principe mâle et du principe femelle, ne peut se soutenir comme telle du fait de l’intrusion du phallus. « La fonction du phallus rend désormais intenable la bipolarité sexuelle, et intenable d’une façon qui volatilise littéralement ce qu’il en est de ce qui peut s’écrire de ce rapport ».(1)

Un rapport, cela s’écrit . S’il n’est pas possible d’écrire a→b c’est qu’il n’est pas possible d’écrire un rapport.

« Cette intrusion du phallus, […] ce n’est pas du manque de signifiant qu’il s’agit, mais de l’obstacle fait à un rapport ».(2)

Dans cet impossible d’écrire le rapport sexuel, Lacan met ici l’accent sur la fonction du phallus en tant qu’il a rapport avec la jouissance tant du petit garçon que de la petite fille. La jouissance phallique vaut pour les deux sexes, mais ne fait pas rapport entre les sexes. Elle y fait même obstacle. Lacan décentre la proposition freudienne l’avoir ou pas en l’être ou l’avoir, deux éléments de nature et de fonction différentes qu’il n’est pas possible de mettre en relation dans un rapport. Mais la jouissance phallique n’est pas le tout de la jouissance, il y en a une autre, supplémentaire parce que non bornée par un signifiant, la jouissance féminine.

Lacan met en évidence qu’à la place du rapport qui ne peut s’écrire s’est logée la loi sexuelle – œdipienne dans notre culture. Là où il y a une béance au regard de la jouissance, la culture, la société, met la loi – cf. le "vide juridique", démon du XXIème siècle qu’il faut combattre sans relâche – ou le mythe.

Ce qui ne peut s’écrire du rapport sexuel concerne la jouissance des corps sexués des êtres parlants. Puisqu’il n’y a pas d’universel de la jouissance entre deux partenaires, cela ouvre à « la contingence, à la singularité, à l’invention ».(3)

(1) Lacan J., Le Séminaire, Livre XVII, « d’un discours qui ne serait pas du semblant », p. 67, 1970/1971, Paris, Seuil, 2006.

(2) Lacan J., Ibid, p.67.

(3) Miller J.-A., « L’avenir du mycoplasma laboratorium », la Lettre mensuelle, n° 267, p. 11.

Marie-Odile Nicolas mo-nicolas@wanadoo.fr

Adela Bande-Alcantud Du cartel fulgurant au cartel-express

L’intérêt du cartel, dans la création des liens de travail pour l’étude de la psychanalyse dans l’ ACF-IdF, se voit redoublé par la fonction de la hâte dans les « cartels-express »(1). L’instant de voir, marqué par la considération du thème Le rapport sexuel au XXI° siècle, vient faire trou dans le savoir pour les onze membres de l’ACF- IdF prenant le pari du cartel pour élaborer à partir du réel du « il n’y a pas … ». Le moteur qui mobilise la recherche bibliographique et la construction de cas cliniques sur ce thème est en marche.

Le temps de comprendre se voit limité et borné à l’avance par la date d’envoi de l’argument d’un exposé à proposer aux Journées, par la date de l’après-midi préparatoire de l’ACF- IdF (3) où on exposera à ciel ouvert les produits des cartels, par les dates des diverses soirées préparatoires à l’ECF, à l’Envers de Paris, dans les autres ACF… , par la date des Journées elles-mêmes. Ces dates deviennent autant de possibles moments de conclure. Pour les cartellisants, le savoir dans le cartel, à l’envers de celui de l’inconscient, est un savoir qui réveille. Chaque cartellisant à partir du savoir textuel acquis par nos lectures prend position en le mettant, ce savoir, à l’épreuve de l’acte de l’énonciation, tandis que le Plus-Un assure la décomplétude du groupe.

Lacan nous invite, au sein de son École , à faire usage de cet outil pour travailler en petit groupe, hors des effets de colle. Le cartel est solidaire de l’Autre qui n’existe pas et de la solution par l’acte, à la place même où le savoir défaille. Dans le cartel, l’acte d’énonciation peut faire moment de conclure sur la position du sujet face à son « je ne veux pas savoir ». Dans les cartel express préparatoires du thème des Journées, la dissolution du cartel étant fixée à l’avance, chacun saisit à sa façon une contingence qui lui permet de conclure par son énonciation. À la différence de la modalité de préparation des journées par l’invitation de quelques personnes qui exposent leur travail individuellement, l’expérience des deux cartels express dans l’ACF-IdF en 2007(3) nous avait déjà fait saisir l’efficacité d’un dispositif par lequel les liens se nouent, non pas à partir d’un savoir qui laisse de côté la question de la vérité, mais à partir de l’énonciation des cartellisants avec la part mi-dite de vérité qu’elle implique(4).


(1)Cartels fulgurants rebaptisés « express » dans l’ACF- IdF
(2) « Le temps logique et l’assertion de certitude anticipée », Écrits, p.197-213.
(3)Cartels préparatoires à Pipol 3 et aux Journées de l’ECF 2007
(4)Sur l’énonciation et son rapport à la vérité mi-dite dans le dernier enseignement de Lacan, voir J- A Miller in Le sinthôme, Le Séminaire, livre XXIII, p 236-238.

Adela Bande-Alcantud aba3@free.fr

Michèle Astier Le cartel, un outil politique pour la psychanalyse

Le cartel est une invention qui s’enracine dans la victoire anglaise de la seconde guerre mondiale, victoire due à la position éthique « d’un rapport véridique au réel »1.

À l’envers de sa Massenpsychology, Freud soulignait cette objection à la foule : comme l’amour, la névrose, « exerce sur la foule une action désagrégeante »2. Les anglais ont traité cette désagrégation en se référant à la sociologie des petits groupes. En 1945, Lacan s’enseigne « de cette révolution qui transporte tous nos problèmes à l’échelle collective » à l’envers de l’idéal unifiant référé à un chef. La fin du texte est prémonitoire : c’est une déclaration politique pour « sauvegarder les principes de la vérité » et répondre à ce qui s’annonce de « maniement concerté des images et des passions […] et autres « nouveaux abus de pouvoir » contre notre jugement, notre résolution, notre unité morale ».

C’est pour l’engagement dans son Ecole que Lacan invente le cartel en 1964, dans la note adjointe à l’Acte de fondation , après avoir précisé que cet acte « tient pour néant de simples habitudes ». Le cartel est un groupe sans chef pour une « expérience inaugurale » dont Lacan « laisse à chacun d’en découvrir les promesses et les écueils ». Mais il bute sur un « effet de colle »3 qui fait obstacle à l’élaboration et à la production. Ce à quoi Lacan répond par l’invention d’un « +1 » qui, d’être en plus, fait objection au Un du groupe, fait soustraction. Cette invention, directement issue de l’expérience, distingue le cartel des autres groupes : il porte la marque du discours du psychanalyste. C’est cette orientation que Lacan renouvelle en 1980 lorsqu’il fonde – encore – la Cause freudienne et « restaure […] l’organe de base repris de la fondation de l’Ecole, soit le cartel ».

Le cartel est orienté. Il ne fait pas l’impasse sur le réel. C’est l’outil que Lacan nous laisse pour renouveler l’inscription de la psychanalyse dans le monde.

(1) Lacan J ;, « La psychiatrie anglaise et la guerre », Autres écrits, p. 101 et suivantes.

(2) Freud S., Essais de psychanalyse, PBP, pp. 237-240.

(3) Lacan J., « D’écolage ».

Michèle Astier Michele.ASTIER@wanadoo.fr

Site de l’École

Certains des cartels fulgurants préparant des textes pour le site internet de l’École sont déjà constitués sur les thèmes :

- Qu’est-ce que l’inconscient ? Plus-Un :Catherine Bonningue

- Qu’est-ce qu’un psychanalyste ? Plus-Un : Rose-Paule Vinciguerra

- Le transfert . Plus-Un : Jean Claude Razavet

- Le phallus et l’objet a dans l’expérience analytique. Plus-Un : Yasmine Grasser

- Du sujet au parlêtre. Plus-Un : Pascal Pernot

- De l’Autre de la garantie à l’autre qui n’existe pas. Plus-Un : Jacqueline Dhéret - Du symptôme au sintome. Plus-Un : Nathalie Charraud

- RSI. Plus-Un : Alfredo Zenoni

- La psychanalyse et la science. Plus-Un : Gilles Chatenay

- Les mathèmes de Lacan. Plus-Un : Guy Briole

- Tout le monde délire. Plus-Un : Dominique Wintrebert

- Psychanalyse pure, psychanalyse appliquée. Plus-Un : Jean-François Cottes

- La grande affaire du traumatisme. Plus-Un : Éric Blumel

Adressez vos textes et agendas à pernotpascal@wanadoo.fr

Taller NUCEP

Grupos de Investigación

TALLER de PSICOANÁLISIS Y MEDICINA
Clínica del Cuerpo: la función del médico y del psicoanalista

A medida que se desarrolla la biotecnología y la esperanza de vida es mayor, los pacientes consultan más por problemas derivados del stress, las dificultades vitales, la violencia o la crisis de valores e ideales, que son sin lugar a dudas nuevos malestares de la civilización. Frente al malestar de la època cada sujeto encuentra un modo de respuesta particular a través precisamente de sus sintomas, esos que finalmente serán dirigidos al médico bajo la forma de una demanda.
El médico se encuentra dividido entre su condición de representante del discurso universal de la ciencia y su posición de interlocutor de la demanda personal del enfermo, lo que implica una seria dificultad pues "no es fácil servir a dos amos a la vez" (S: Freud).
En la práctica clínica nos enfrentamos cada vez más a los sintomas y trastornos llamados contemporáneos, como las adicciones, la anorexia-bulimia, las crisis de pánico, la fibromialgia, los sindromes dolorosos crónicos, que nos obligan a conocer la causalidad subjetiva o quedar condenados a la impotencia medica. Desde esta perspectiva, los participantes en este taller, desde sus diferentes experiencias clínicas, pretendemos a través del estudio de textos y de casos clínicos, interrogar y abordar los puntos de intersección de la práctica del psicoanálisis y de la medicina.
Los encuentros se realizaran los segundos martes de cada mes de 19.30 a 21 horas.
Entrada libre para los inscriptos al NUCEP. Matricula anual de 100 euros par los no inscriptos.
Fecha de Comienzo: 14 de octubre 2008
Coordinación: Santiago Castellanos de Marcos y Joaquín Caretti Rios
Responsable:Rosa Mª López