13 de agosto de 2014

Report on the Seminar: Lacan's School and the Pass / Compte-rendu du Seminaire: L'Ecole de Lacan et la Passe - KRING VOOR PSYCHOANALYSE

"Un dire de passe"
Bruno de Halleux[1]

On Saturday 24th of May we welcomed in Ghent Bruno de Halleux, who was nominated as Analyst of the School[2] in June 2012. The Seminar School and Pass, had prepared this afternoon -organized in collaboration with the Bureau of the Kring-, by introducing a new formula. They had submitted their products and questions at a preliminary evening, on March 28. 

Luc Vander Vennet gathered these questions in four themes: femininity, the extraction of the object, the decisive dream and the real. The conversation that followed was in line with the lecture: calm, very deliberated and interesting. Bruno de Halleux first talked about the pass itself and constructed his lecture around the questions he received. That was new for us. In a certain sense there already was a conversation even before the meeting! For both sides this was a very fruitful experience.

What is it all about, in the pass? 
 
Anne Lysy stressed in her introduction what is so singular and so specific to this experience. Lacan invented the pass as an operative section, as an instrument for our work that needs to clarify these questions: what is an analysis, what is an analyst? With this, he positioned himself against the IPA, that nominates analysts by means of standards. For Lacan, an analysis is a subjective metamorphosis. In the first place, an analyst is the product of his analysis. What can one say in the pass about his own analysis, about what has worked there?

Bruno de Halleux discussed this at the beginning of his lecture. He stressed the fact that one is alone in the pass, but not without Other. The elaboration of what is transferred is constructed progressively by the AE, but this work is not done without Other. In this case the Other of the AE were the cartels. This was also discussed in the conversation. The work of other Analysts of the School and the questions the public asked at several meetings, had been of a stimulating influence to his work.

After that he referred to a text by Jacques-Alain Miller[3]. The pass is a bet in which one’s own analysis is what is at stake, so that it would be a precious object, an agalma for the Other.

During three years, an AE is placed in the spotlight of the School. That can turn one’s head. Bruno de Halleux therefore referred to Antonio Di Ciaccia who told him long ago that one has to dispose of all signifiers in an analysis, including that of ‘analyst’. Psychoanalyst is not a title, but a know-how. And it is the analysand who can say whether there has been an analysis or not.

So what is so specific about the pass? The AE will talk during three years about his experience. This talking is at the same time a teaching and a testimony. The singular of the experience is knotted to a public teaching. The pass is confirmed in speech at the level of the enunciation, the emphasis is on the subject’s truth and not on knowledge. This speech about the pass shows that the desire of the analyst is at work. That is why the pass is not universal; it is an experience, each time very singular, incomparable to others.

Femininity 
 
Bruno de Halleux spoke of how his relation to femininity changed during his analysis. He was raised in a very classical environment where the woman had only the function of object a in the male fundamental fantasy. Because of her presence next to the man, the phallus shines. In his Seminar XX Lacan says that the only relation of the male subject to his sexual partner goes via the fundamental fantasy [4]. The analytical experience acts on this fundamental fantasy. Once this beam is stripped off, the male subject can see a woman as Other, or as Lacan says, as radical Other. In this sense the female partner becomes a partner in the profound sense of the word. There is a place now for the unexpected, for something new that stems from contingency. It is about another kind of encounter with the female partner.

The extraction of the object 
 
There was a time necessary to extract the object and this time was characterized by tears. What kind of object is at stake here? This object appears at the exact place where the subject asks himself who he really is, what does he really want.[5] This object caused, in the collision with the divided subject, a surplus-jouissance that did not cease to be repeated in the following modality: ‘making oneself the beloved child that the father lacks’. Every time the father or the father figures popped up in analysis, tears came. Did these tears have a well-defined status? To this question Bruno de Halleux had no answer. It was a body phenomenon. He stressed the time necessary to extract the object. 

The extraction of the object is the same as this operation on the surplus-jouissance of which one has to get rid of. This jouissance had two sides. On the one side the analysand avoided his father and the father figures as much as possible; he resisted, ranted or stood on the sideline. On the other side he wanted an exclusive place in the midst of the father figures he abhorred. At both sides the master signifier remarkable was very active. Once rid of the surplus-jouissance, this signifier remained active, as a left-over. 

The decisive dream 
 
After a dream, in which Bruno de Halleux hit one of these figures -around whom his inhibition was organized- with the fist, waking his family up while screaming loudly “No!”, he decided the following morning to apply for the pass. There was a certainty that had never been present before. What status did this dream have? Was it a dream with a meaning asking for an interpretation, thus referring to another interpretation? Not at all! This dream had another status. It gave certainty and it led to an act. A transformation had happened: the position of subjected child was abandoned and replaced by a position in which the subject speaks on his own behalf and no longer in the Name-of-the-Father. The faith in the complete Other is gone, the subject has acquired a place in the Other. He could say NO to the Other, and he found his own name as father.

What changed? 
 
There was a before and after relative to the dream. The “No!” in the dream stood between, on the one hand, silence, disappearing and, on the other hand, letting his voice be heard. Bruno de Halleux specified: before there was an Other of the Other, full of enjoyment and knowledge, and the only way to hold his own was to remain silent, to disappear. Afterwards, something fell away, like a crystal that explodes. A crystal that symbolizes the relation to the Other. Now he makes mistakes, talk, listens to the Other. There is no Other of the Other anymore.

The real and the end of analysis
 
The dream gave a certainty: “This is me! No more, no less”. To represent himself, it is no longer necessary to substitute one signifier to another. The distance between what the subject wants to be and what he is, is reduced to zero. 

The master signifier ‘remarkable’ is disconnected from the S2, and remains as a signifier ‘One-all-alone’. It is a residue, a left-over that forms the matrix of the new relation to the Other. Remarkable has nothing of the universal; it is like the foam on a wave, leaving a trace in the sand. It has a very singular status. This was discussed extensively in the conversation. The ‘One-all-alone’ does not have the status of the master signifier: it is a name for the jouissance that is in fact unnamable. A name for the unnamable. It is a mark, rather of the order of a scar. It is not the articulation of meaning. It is not associated in a scenario related to the Other. As analyst, de Halleux searches what is remarkable, what is most singular, for each analysand. Whereas at first it was a symptom, now it is the engine that animates, or as Lacan says: ‘un symptôme qui itère’, a symptom that iterates. 
 
Conclusion

Why is the invention of the pass so essential for the School? It functions as a sort of a guarantee. The interventions of the Analysts of the School have an essential function for the School. They do not correspond to rules, there is no standard, and all passes are completely different. Each time it is an attempt to grasp ‘a speech about the pass’. 

Jacques-Alain Miller expressed the wish to redefine the desire of the analyst. This desire is not a pure desire, it is not an unending metonymy, but a desire to reduce the Other to its real kernel, without meaning.

Report Marie-Anne Devreese, translation Abe Geldhof

Notas
[1] Bruno de Halleux works in private practice in Brussels. He is a member of the ECF and the WAP, is director of l’Antenne 110 and teaches in Brussels Clinical Section
[2] AE
[3] Jacques-Alain Miller (2010). Est-ce passé ?, La Cause freudienne, Nouvelle revue de Psychanalyse n°75, 85.
[4] Lacan, J., Le Séminaire XX Encore, 34.
[5] Lacan, J., Le Séminaire VI Le désir et son interprétation, 446.

____________________


"Un dire de passe"
Bruno de Halleux[1]

Le samedi 24 mai 2014, à Gand, nous avons eu le plaisir d’accueillir Bruno de Halleux, nommé Analyste de l’École[2] en juin 2012. Le séminaire de travail de "l’École et la passe" avait concocté une nouvelle formule pour cette journée, qui à été organisé en collaboration avec le Bureau du Kring.

Des cartels avaient été formés pour cette occasion. Ils ont lu les nombreux témoignages de Bruno de Halleux et avaient déjà présenté leur produit et leurs questions lors d’une soirée préparatoire le 28 mars.

Luc Vander Vennet rassemblait les questions en quatre points principaux : la féminité, l’extraction de l’objet, le rêve décisif et le réel. La conversation subséquente est de la même tonalité que la conférence : calme, bien préparé et intéressant. Bruno de Halleux a d’abord parlé de la passe même. Ensuite, il a élaboré son texte à partir de nos questions. Ce qui était une nouveauté pour nous. Dans un certain sens nous nous étions engagés dans une conversation avant la conférence même. Une expérience enrichissante pour les deux parties.

De quoi s’agit-il dans la passe ?

Dans son introduction Anne Lysy soulignait ce qui est tellement propre et singulier dans cette expérience. De manière générale elle référait à Lacan qui a inventé la passe comme dispositif, comme instrument de travail pour répondre aux questions comme : ‘Qu’est-ce qu’une analyse ?’, ‘Qu’est-ce qu’un analyste ?’. De cette manière, il s’opposait à l’IPA qui nommait des analystes par le biais de standards. Pour Lacan, l’analyse est une métamorphose subjective. En premier lieu, l’analyste est un produit de son analyse. Que pouvons-nous dire dans la passe de sa propre analyse, de ce qui a opéré là ?

Bruno de Halleux creuse la question au début de sa conférence. Il accentue le fait que dans la passe, on est tout seul mais pourtant pas sans l’Autre. L’élaboration dont le passant témoigne, se construit progressivement pour l’AE. Dans ce travail l’Autre de l’AE c’est les cartels. Le travail des autres AE et les questions posées aux nombreux colloques par le public sont d’une influence stimulante sur son travail.

Ensuite, il réfère à un texte de Jacques-Alain Miller (JAM)[3]. La passe est un pari avec la propre analyse comme enjeu, afin qu’elle soit un objet de valeur, un agalma pour l’Autre.  

Les trois ans durant lesquels un AE est sous les projecteurs de l’École, peuvent gonfler une personne. Avec ceci de Halleux réfère à Antonio Di Ciaccia qui, à l’époque, lui avait confié que dans une analyse on doit se défaire de tous les signifiants, y compris ceux de l’analyste. Psychanalyste n’est pas un titre mais un savoir-faire et ce sont les analysants qui peuvent dire s’il y a eu de l’analyse.

Qu’y a-t-il de tellement spécifique dans la passe ? L’AE parlera pendant trois ans de son expérience. Cette parole constitue autant un enseignement qu’un témoignage. La singularité de l’expérience est articulée à un enseignement devant un public. La passe se confirme dans la parole au niveau de l’expression, la vérité du sujet est accentuée et non pas le savoir. Ce Dire de passe démontre que le désir de l’analyste est au travail. Pour cette raison la passe n’est pas universelle, c’est une expérience à chaque fois singulière et incomparable.

La féminité

Le rapport de Bruno de Halleux vis-à-vis de la féminité change au cours de son analyse. Il a été élevé dans un milieu très classique où la femme n’avait que la fonction d’objet a dans le fantasme masculin. Par sa présence aux côtés de son homme, le phallus brille. Dans le Séminaire XX[4], Lacan dit que le seul rapport du sujet masculin, vis-à-vis de son partenaire sexuel, passe par son fantasme. L’expérience analytique agit sur ce fantasme. Une fois dégagé de ce carcan, le sujet masculin peut apercevoir la femme comme Autre. Ou, selon Lacan, comme Autre radical. En ce sens le partenaire féminin devient un partenaire au sens plein du mot. Il y a de la place pour l’inattendu, pour quelque chose de nouveau provenant du hasard. Il s’agit d’une autre rencontre avec le partenaire féminin.

L’extraction de l’objet

Il a fallu du temps pour l’extraction de l’objet et ce temps a été caractérisé par des larmes. De quel objet s’agit-il ici ? Cet objet apparaît exactement à la place où le sujet se demande qui il est vraiment, ce qu’il veut vraiment[5] ? Dans sa collision avec le sujet divisé, cet objet apporte un plus-de-jouir qui n’a de cesse de se répéter sous la modalité suivante : ‘se faire l’enfant aimé qui manque au père’. Les larmes coulent à chaque fois que le père ou des personnes figurant comme père apparaissent. Ces larmes, ont-elles un statut particulier ? Bruno de Halleux n’a pas de réponse à cela. C’est un phénomène de corps. Il souligne le temps qu’il fallait pour extraire l’objet. L’extraction de l’objet équivaut à cette opération sur le plus-de-jouir duquel on doit se débarrasser. Cette jouissance a deux versants : d’un côté, l’analysant évite son père et les figures du père le plus possible, de l’autre côté, il veut une place exclusive au milieu des figures du père qu’il déteste. Sur les deux versants, le signifiant-maître ‘remarquable’ était très actif. Une fois qu’il s’est défait du plus-de-jouir, ce signifiant reste actif comme reste.

Le rêve décisif

Le matin, après un rêve, Bruno de Halleux se présente pour la passe. Ce rêve lui dépeint donnant un coup de poing à l’une des figures du père autour duquel l’inhibition est organisée. Ceci est accompagné d’un ‘non !’ tonnant de telle sorte qu’il réveille sa famille la nuit. Il y a une certitude qui n’était pas du tout présente avant. Quel statut avait ce rêve ? Est-ce un rêve ouvert à l’interprétation et qui réfère à une autre interprétation ? Pas du tout ! Ce rêve a un autre statut. Il a apporté de la certitude et fait agir. Il y a eu une transformation : la position de l’enfant assujetti est abandonnée et est remplacée par une position dans laquelle le sujet parle en son nom propre et plus au Nom-du-Père. La croyance dans l’Autre complet disparaît, le sujet obtient une place dans l’Autre. Il peut dire ‘non’ à l’Autre et y trouve un nom propre comme père.

Qu’est-ce qui a changé ?

Le rêve marquait un avant et un après. Le ‘Non !’ du rêve se trouve entre se taire, disparaître et se faire entendre. de Halleux le spécifie ainsi : avant il y avait un Autre de l’Autre, plein de jouissance et de savoir. La seule manière de tenir le coup était de se taire, de disparaître. Après, quelque chose est tombé, comme un cristal explosant. Un cristal représentant le rapport à l’Autre. Maintenant, il peut se tromper, parler, écouter l’Autre. Il n’y a plus l’Autre de l’Autre.

Le réel et la fin de l’analyse

Le rêve a apporté de la certitude : ‘ça c’est moi ! Ni plus, ni moins’. Pour se représenter, il n’y a plus besoin de substituer un signifiant pour un autre. La différence entre ce que le sujet veut être et ce qu’il est, est réduite à zéro. Le signifiant-maître ‘remarquable’ est détaché du S2 et reste comme signifiant ‘Un-tout-seul’. C’est le reste qui constituera la matrice du nouveau rapport à l’Autre. ‘Remarquable’ n’a plus rien de l’universel, c’est comme l’écume d’une vague qui laisse une trace sur le sable. Le mot garde un statut singulier, ce qui a été longuement discuté lors de la conversation. Le ‘Un tout seul’ n’a pas le statut de signifiant-maître, c’est un nom pour la jouissance innommable, un nom pour l’innommable. C’est une marque qui est plutôt de l’ordre d’une cicatrice à l’opposé d’une articulation de sens. Cette marque n’est pas associée à un scénario d’un rapport à l’Autre. Comme  analyste, Bruno de Halleux cherche le remarquable, le plus singulier chez ses analysants. Là où auparavant c’était un symptôme, maintenant c’est un moteur qui anime. Ou dit avec Lacan : ‘un symptôme qui itère’.

Conclusion

Pourquoi l’invention de la passe est si essentielle au sein de l’école ? Elle fonctionne comme une sorte de garantie. Les interventions des AE ont une fonction essentielle pour la psychanalyse. Elles ne correspondent à aucune règle, il n’y a pas de standards et chaque passe est à chaque fois différente. A chaque fois, il s’agit de saisir un Dire de passe.

Jacques-Alain Miller souhaite définir le désir de l’analyste à nouveau. Ce désir n’est pas un désir pur, pas une métonymie infinie mais un désir qui parvient à réduire l’Autre à son réel et à son noyau dénué de sens.

Compte-rendu par Marie-Anne Devreese, traduit par Christian Loones

Notas:
[1] Bruno de Halleux, psychanalyste à Bruxelles, est membre de l’ECF et de l’AMP, est directeur de l’Antenne 110 et donne des cours à la Section Clinique de Bruxelles.
[2] On peut demander de faire la passe quand on a ou croit avoir fini son analyse. Pour cela on parle avec deux passeurs de son propre analyse. Ceux-ci transmettent leurs constatations, leurs expériences à une commission. Cette dernière décide si quelqu’un devient Analyste de l’École ou pas. Mais … ce n’est pas là que ça s’arrête. Pendant trois ans l’AE parlera de son expérience singulière. C’est dans ce cadre qu’on accueillait Bruno de Halleux.
[3] Jacques-Alain Miller (2010). Est-ce passe?, La Cause freudienne, Nouvelle revue de Psychanalyse n°75, p. 85.
[4] Lacan, J., Le Séminaire, le Livre XX Encore, p. 34.
[5] Lacan, J., Le Séminaire, le Livre VI Le désir et son interprétation, p. 446.

No hay comentarios: