24 de mayo de 2012

42èmes Journées de L’Ecole de la Cause freudienne : APPEL A CONTRIBUTION


logo
 Appel à contribution
Agnès Aflalo 
42èmes Journées de L’Ecole de la Cause freudienne 
L’autisme est aujourd’hui utilisé pour attaquer une nouvelle fois la psychanalyse, alors même que c’est elle qui l’a reconnu et théorisé – c’est d’ailleurs Bleuler qui en a forgé le terme en hommage à Freud. Les prochaines Journées de l’école de la Cause freudienne, auront pour titre « Autisme et psychanalyse » et seront, comme vous le savez, l’occasion de déployer ce thème sur plusieurs axes, dont voici quelques propositions :
1) Orientation lacanienne. Tout au long de son enseignement, Lacan n’a cessé d’interroger les effets de la parole et du langage sur le corps de l’être parlant. Le Cours de Jacques-Alain Miller en donne des repères essentiels. Les apports des élèves de Lacan y seront mis à l’étude.
2) L’abord clinique de l’autisme. Attentifs à la « clinique ironique » et aux inventions psychotiques, nous écoutons et répondons à chaque autiste un par un quand d’autres les veulent contraints à écouter et obéir.
3) L’acte analytique et l’éthique du psychanalyste. Le temps du soin n’est pas celui de l’effet sujet. Comment répondons-nous à la question de l’éducation sachant qu’elle ne se confond jamais avec le conditionnement pavlovien ?
4) La politique de l’inconscient. Le symptôme interroge les projets des adeptes des thérapies cognitivo-comportementales – tel Skinner, pour qui la liberté était un luxe « qu’on ne pouvait pas s’offrir » – à l’heure où les politiques font de l’autisme une grande cause nationale.
5) Les apports des psychanalystes des autres mouvances que la nôtre. Ont-ils renouvelé le thème ou cédé à l’obscurantisme de l’évaluation ?
6) Les méthodes de conditionnement desdits autistes, enfants ou adultes. De la guerre pour le monopole que se livrent les différentes tendances jusqu’aux effets délétères induits sur les patients.
7) Les avancées de la science. À distinguer du scientisme, elles sont riches d’enseignement. L’héritabilité, par exemple, ne bat-elle pas en brèche l’idée d’un syndrome commun à tous les autistes ?
8) Les témoignages des autistes et de leurs familles.
9) Les autistes de haut niveau. Ils luttent eux-mêmes pour un monde non standardisé. Leur lecture des méthodes normatives pourra nous être utile.
10) Un examen raisonné des campagnes de presse. Faire apparaître les enjeux d’un marketing décidé et étendu qui noue l’élargissement du spectre de l’autisme à des intérêts financiers, au détriment des sujets.

Je vous invite à adresser vos propositions d’intervention aux prochaines Journées sous la forme d’un argument (de 1500/2000 signes) sur l’un des dix aspects proposés ou d’autres qui vous sembleraient également pertinents. Ces arguments sont à adresser avant le 15 juin prochain.  Les textes des interventions seront quant à eux à rendre pour le 5 juillet afin d’être éventuellement repris avec un mentor.
Dans ce moment crucial, chacune de vos interventions participera à faire de ces Journées un temps fort de la vie de notre École. 
Les arguments seront envoyés en pièce jointe à Agnès Aflalo (agnes.aflalo@wanadoo.fr) et Lilia Mahjoub (lmahjoub@wanadoo.fr). Les pièces jointes ainsi que l’objet du mail devront portés l’unique mention : " JO 2012 + nom de l'auteur ".