23 de mayo de 2012

Envers de Paris : Soirée-déb​at C inéma et Psychanaly​se : Drive avec Shame - vendredi 8 juin




Le ciné-club de La FEMIS
et le Vecteur-Cinéma de l’Envers de Paris présentent :


Drive avec Shame
JOUISSANCE ET « ORDRE DE FER» AU XXIème SIÈCLE
Le vendredi 8 juin 2012 à 20h30
avec la participation de Francesca Biagi-Chai
psychiatre, psychanalyste, membre de l'ECF

Shame, film de Steve MacQueen (sorti en 2011), raconte la vie de Brandon (interprété par Michael Fassbender), un New-Yorkais serpentant dans l’existence entre les habitudes ritualisées d’un cadre-trader bien rangé, une frénésie sexuelle sans mesure et une vie amoureuse anarchique.

Rencontres clandestines, relations tarifées et séances d’onanisme   avec ou sans support pornographique, rythment de façon monotone le quotidien   de ce sujet contemporain. «Client» sans relâche de la moindre occasion,   Brandon est  dominé par une sexualité compulsive et une   moralité de fer incoercible. Tel est le drame tragique de cet «héros»,   oublieux d’une insondable vérité qui fait sa souffrance et jouissance.  

Dans Drive, film de Nicolas Winding Refn (sorti en 2011), on découvre un «real» héros sans nom propre (interprété par Ryan Gosling), incarnant une vérité opaque.

Lui aussi, d’une autre façon, est seul, assujetti à une « loi de   fer » des plus singulières : virtuose du volant, par sa maîtrise quasi   mystique de l’espace et des ondes (captant et réagissant à celles de la police   urbaine) il fait le driver pour des auteurs de casses. Sans la précipitation   d’une fuite désordonnée, il offre, à ceux qui le paient, de se fondre alors   dans la ville, pour échapper aux forces de l’ordre. Pour ces deux héros, dont   la vie est si bien réglée, tout bascule quand une femme (interprétée dans les   deux films par l’actrice Carey Milligan) vient à s’immiscer dans leurs vies...   Shame et Drive font partie de cette catégorie de films dits, par la critique,   urbains. Ils montrent en effet des lieux où la fonction de la limite est   indéterminée, floue
et indistincte - reflet en quelque sorte des   labyrinthes dans lesquels sont pris les deux héros. Cette subversion de   l’espace est servie - par une photographie remarquable, à la fois froide et   dense, mais pas sans un effet d’étrangeté - et un art cinématographique des   plus saisissants, nous impliquant en quelque sorte dans le sujet des deux   films.

Donc : Drive avec Shame, comme on pose un problème avec une plume.

Renseignements et contact : karimbordeau@orange.fr / 06 07 23 39 29

A la Fémis - 6, rue Francoeur
75018 Paris
Salle Jacques Demy, 1er étage
entrée libre
(à gauche derrière la salle informatique)