6 de diciembre de 2016

LACAN QUOTIDIEN, par Pierre-Gilles Guéguen, Anaëlle Lebovits-Quenehen, Ruzanna Hakobyan, Gérard Wajcman.




L’AMÉRIQUE RÉELLE
Éditorial, par Pierre-Gilles Guéguen

Instant de voir

Ce matin du 9 novembre, on apprenait en France la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton et son élection à la présidence des États-Unis. Surprise planétaire. Une surprise prenait la place d’un suspense dont on pouvait encore jouir la veille au soir tard, en fermant les yeux. L’effet de choc venait du fait que ni les experts, pundits politologues et autres « spécialistes » du commentaire, ni les algorithmes sophistiqués des marchands de sondages n’avaient pu prévoir l’événement. Au réveil, une touche de réel nous faisait signe, le plus souvent sous la forme d’une incrédulité ou d’une déception, affects tout aussi réels que la mauvaise humeur dont Lacan faisait état dans « Télévision »...  





Sophie Calle, l’intensité
par Anaëlle Lebovits-Quenehen

Les 46es journées de l’ECF ont eu lieu. Christiane Alberti l’a dit pour finir, juste avant le moment de conclure, en musique, ce temps fort de notre institution, sur un air de David Bowie. Non seulement elles eurent lieu, mais elles furent encore marquées par l’intensité. Le discours analytique s’y démontra, en acte, sous les projecteurs de l’objet regard.  Et lux fit!

L’éclairage que Sophie Calle nous y a donné sur son travail a concouru à la joyeuse Stimmung de ces Journées. Son art de bien dire l’invention nous entraîna sur ses pas, en filature, oserais-je dire. Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur son travail fait de moments créatifs qui répondent aux ruptures marquant sa vie. Ces ruptures furent traumatiques dans la mesure où elles marquèrent – on le suppose en tout cas – la fin du regard qu’un être aimé posait sur elle. Pour chacun (et qui plus est, pour chacune), dans ces circonstances, la rupture ouvre alors un trou dans les semblants, ce troufût-il plus ou moins patent et plus ou moins bordé...


 


Pour la dernière et pour la première fois
par Ruzanna Hakobyan

Sophie Calle (1) expose pour la première fois à Montréal en 2015 sous le titre : « La dernière
image ». Il s’agit d’une série de témoignages d’aveugles qui, pour la plupart, ont perdu la vue  subitement. L’artiste leur a demandé de décrire leur dernière image. Les textes sont  accompagnés de photos de chacune des personnes aveugles, comme une recréation  photographique, un regard de l’artiste sur ces souvenirs.

Dans l’un des témoignages, Aveugle au revolver, le jeune homme a perdu la vue à la suite  d’un acte de violence. La dernière image est la scène de la violence même, le traumatisme, une  mauvaise rencontre avec le réel où chaque détail est retenu...


 

L’Interdit de et par 

Gérard Wajcman

L’Interdit de Gérard Wajcman est réédité. Dans une courte présentation aux lecteurs de Lacan Quotidien, l’auteur en situe l’actualité. Ceci est un roman. Il est composé entièrement, ou presque, de notes de bas de page. Il raconte l’histoire d’un type en voyage qui s’arrête de parler. Enfin, c’est ce qui semble. Chacun peut se raconter l’histoire un peu à sa façon. Le silence et l’absence sont le sujet de ce livre. L’idée était de faire que le sujet de ce livre et l’objet de ce livre se recouvrent. Faire d’un manque un objet, positif, matériel, visible. Construire un livre autour d’une absence incarnée. Rendre ainsi l’absence palpable, donner à lire, à entendre ou à voir la présence d’une absence. Vu sous cet angle, L’interdit n’est pas exactement un livre composé de notes, comme il y a, par exemple, des romans par lettres, c’est un roman formé par, pour et autour d’une absence, d’un manque à dire, à écrire et à voir. D’un impossible à dire, à écrire et à voir...


No hay comentarios: