19 de marzo de 2012

"La topologie, c'est le réel" du jeudi 22 mars

logo ECF-M rouge
"la topologie, c'est le réel"
Jeudi 22 mars 21h15
ECF, 1 rue Huysmans, Paris 6
Enseignement animé par Pierre Skriabine et Pascal Pernot. Y interviendront Marie-Hélène Brousse et Pascal Pernot dont voici les titres et les arguments :
Marie-Hélène Brousse
De la nécessité de l’approche topologique en clinique analytique.
Les catégories cliniques freudiennes comme celles des premiers temps de l’enseignement de Lacan sont souvent mises en difficulté par le réel des phénomènes psychiques. Le recours à la topologie du dernier Lacan est la solution souple qui permet à la psychanalyse, à l’envers de l’orientation DSM, de situer “les inclassables de la clinique”. Ce fut le thème choisi par Jacques-Alain Miller pour le colloque d’Arcachon, qui marque une étape essentielle dans l’avancée de la psychanalyse d’orientation lacanienne. Sans retirer leur pertinence aux catégories classiques, la voie fut ouverte pour la prise en compte dans la formalisation du singulier et donc de la contingence. Cela permet à la psychanalyse de s’orienter du réel, et non de la procédure. Bref d’être pragmatique et réaliste.
Pascal Pernot
Nomination, du singulier au pluriel et retour.
Nous suivrons comment un sujet, grâce au traitement analytique, a constitué un tressage nouveau permettant de supplémenter l’usage de l’image qui suppléait son incroyance en la logique du signifiant. Cette invention, les nominations qui l’accompagnent, permettent de préciser comment le nouage de RSI se trouve remodelé par une pragmatique clinique créationniste. Elles éclairent le passage des Noms-du-Père du singulier au pluriel.

Nous tenterons d’éclairer cliniquement et politiquement ce que la topologie des nouages apporte à l’alternative P, phi ou PO, phiO et ce qu’elle offre comme traitement de la singulière confrontation du sujet contemporain au réel.