17 de junio de 2010

PIPOL NEWS 4

PIPOL NEWS 4

Le 9 juin 2010

PIPOL 5

La Santé mentale existe-t-elle ?

Au Square Brussels Meeting Centre, Bruxelles

Les 2 et 3 juillet 2011




Dans ce numéro :

Éditorial

La Santé mentale existe-t-elle ?

Pierre-Gilles Guéguen de Paris, France

Is the British Version of Mental Health the Future for Europe?

Inma Guignard-Luz de La Tour de Peilz, Suisse

L’état de santé du mental en Suisse : État des lieux

Marco Mauas de Tel-Aviv, Israël

Mental health Babble

Claire Piette de Bruxelles, Belgique

Que vive la broussaille !


Los textos de PIPOL NEWS están escritos en una de las siguientes lenguas : inglés, francés, italiano, español. Si desea hacer una traducción rápida, utilice el sitio : http://translate.google.fr

The textes of PIPOL NEWS are written in one of the following languages: English, French, Italian, Spanish. To get a fast translation, go to : http://translate.google.fr

I testi di PIPOL NEWS sono scritti in una di queste lingue: Inglese, Francese, Italiano, Spagnolo Per avere une traduzione rapida, potete utilizzare il sito : http://translate.google.fr

Les textes de PIPOL NEWS sont écrits dans une des langues suivantes : Anglais, Français, Italien, Espagnol. Pour une traduction rapide, utilisez le site : http://translate.google.fr



« Que des cours de bonheur soient enseignés dans toutes les écoles ! »

(Lord Richard Layard)




Éditorial

La Santé mentale existe-t-elle ?

En matière de Santé mentale, l’horizon que nous ouvre la Grande-Bretagne est inquiétant. Là où elle semble le mieux constituée en Europe, sévit l’évaluation permanente des praticiens et des « bonnes pratiques », et fleurissent les TCC, les guidelines, les critères de rentabilité… À croire que là, la Santé mentale « existe ». Les protestations de quelques mouvements de psychothérapeutes pourront-elles ralentir cette machine à ravaler les talking cure ?


Une bonne nouvelle : en Suisse, malgré la bureaucratisation massive du champ de la santé mentale, il semble que la controverse, initiée il y a quelques années par les Forums organisés par l’École de la Cause freudienne et ses alliées, a pu trouver quelques échos. Cela nous encourage à continuer et à tenter d’alimenter le débat.


Comme vous l’avez remarqué, le titre de PIPOL 5 a été modifié. C’est un petit bougé voulu par la commission d’organisation. En effet, le premier titre que nous avons choisi, « La Santé mentale, un concept en question », ne semblait pas assez vif. À vrai dire, il était issu d’un autre titre que nous aimons beaucoup, proposé au départ par Jacques-Alain Miller : « La Santé mentale, un concept malade ». Ce dernier pourrait en effet faire un très bon titre pour un Forum, mais convient moins au débat que nous voulons promouvoir pour intéresser les instances de l’Union européenne. Le nouveau titre, « La Santé mentale existe-t-elle ? », est une invitation au débat à la fois simple et percutante. Il contient une certaine équivoque. Il pose d’une part la question de savoir si on peut obtenir une vraie santé mentale, autrement dit, si on peut réduire à zéro le grain de folie de chacun. D’autre part, il met en question le projet de l’OMS qui consiste à définir positivement la santé mentale comme le bien-être du citoyen et à mettre en place, dans un second temps, les moyens pour obtenir ce bien-être.


Bonne lecture !


Gil Caroz



Is the British Version of Mental Health the Future for Europe?

Pierre-Gilles Guéguen, ECF, NLS


What is lying in wait for us by virtue of the healthcare bureaucracies that have been managing mental healthcare has already arrived. Foucault named it ‘surveillance society’, or elsewhere, ‘biopower’. Today, we may consider that the United Kingdom is giving us an example of what could well spread right across Europe and which moreover is already largely underway. It is now imperative to make it understood that psychoanalysis does not allow itself to be shut away within such a political system which, even if it does claim to guarantee individual liberty, ‘healthy’ minds and even happiness for all, harbours contradictions that mean it will never be able to function in the long term.


The idea of mankind that it promulgates presupposes that we are all endowed with an economic rationality, the rationality of a strategic managerial individual, but one devoid of any subjectivity other than seeking one’s own self-interests.


For our neighbours this began back in 1986 with Margaret Thatcher’s decision to call upon an expert in nuclear strategy from the RAND Corporation, Alain Enthoven, to overhaul the National Health Service. It’s true that the NHS was in a sorry state (practical and budgetary malfunctioning, unbearably long waiting lists, a two-tier arrangement comprised of a disastrous state-system and very costly private healthcare). The reform (founded on principles of public intervention defined by the 1986 Nobel Prize winner, James Buchanan) would be pursued by the Blair government and New Labour who in 1997, in opposition to the tradition of the British Left, went for the free market option and the reform of state institutions in accordance with the principles defined by Enthoven. The reform turned healthcare into a ‘quasi-internal market’, aiming to take power out of the hands of doctors and fix profit goals across the board, independently of the means implemented to meet them.

In 2002, Blair committed himself to revamping the institution by raising his budget significantly, going immediately from 6.7% to 9.2%. At the same time the NHS opened up to the private sector through various Trusts and by means of what its opponents called its ‘marketisation’, in particular, by introducing rival private treatment centres to which NHS patients could go. Be that as it may, New Labour’s pragmatic policies did bear fruit.


NHS waiting lists were sharply reduced, and the treatment centres, along with the hospitals set up with the legal structure of Trusts, were up and running and thereby produced a mixed sector neither purely private nor entirely public.

Today however we can see that this system has also produced a number of pernicious effects, for example, the practice of seeing patients without examining them so as to take them off the waiting lists, or selecting cost-saving operations that meet targets, and so on.


For advisors, the Blair governments chose professors in economics who would set general goals: the health service user must be able to chose between any one of five independent hospitals, private or NHS, the watchword being ‘available to all’. This strategy of choice is founded not on public service but an idea of equality: the poorest like the wealthiest need above all else to be able to choose, to exercise their liberty, and therefore the healthcare system must make choice as available to them as it is to the middle classes. This interpretation of consumer freedom of choice worried old Labour who wondered whether this is really in the social-democratic spirit of collective concern and solidarity or whether this isn’t just privatisation by another name.


In 2003, Sir Richard Layard, an economist and advisor to Tony Blair, published a press article entitled, ‘Towards a happier society’, a prelude to themes that would be presented in a book he addressed to the public at large endorsing the necessity of healing depression through a combination of medication and cognitive therapy. At the same time, Lord Layard called for ‘lessons in happiness’ to be given in schools!

NICE was created in 2004 and it started to make its good practice guidelines known. On top of this there is the Health Professions Council, a national register that protects the quality of its practitioners (for the public good, of course). They are submitted to periodic assessment and an annual renewal of their licence to practice. The HPC category open to psychoanalysts is ‘clinical scientists’!


As an ‘independent agency’, the HPC is playing it rough, inviting the public to prosecute if they spot any malpractice on the part of its members. In practice, all psychologists and clinicians have to get themselves registered. In his report presented at the 2005 Forum organised by the London Society of the NLS, Roger Litten put it very well: ‘The profession of psychology has been the first target for this new body. […] This amounts to a complete erasure of psychoanalysis from the vocabulary of institutional practice.’1 (Here in France, the ‘guide de dépression’ operates in much the same way). ‘It is not a question of being able to demonstrate that CBT works better than psychoanalysis. It is simply the fact that the bulk of the evidence [only] concerns CBT… because [CBT] is founded on a particular inversion of the relation between the clinic and the research laboratory.’ In other words, CBT is a form of psychotherapy invented for evaluation, and not the other way round.


An important report was concluded in June 2006 (just prior to Blair’s resignation and Gordon Brown becoming Prime Minister). It bears the title ‘The Depression Report’ and the subtitle: ‘A New Deal for Depression and Anxiety Disorders’.


It ‘observes’ that there is an endemic under-diagnosis of depression in Britain. Patients supposedly don’t have much of a choice due to a shortage of appropriately trained therapists. As the NICE guidelines call for treatments that allow for ‘evidence based’ evaluation, CBT therapists need to be trained en masse. The average ‘success rate’ for CBT treatment being at 50%, the money spent on treatment will immediately be re-invested in production, given the number of working days that will be won back from illness. So they’re counting on breaking even.


This proposal, launched at a time when the doctors were getting worried – and rightly so – about the over-prescription of anti-depressants (a worry that has been echoed in the press), favours the launch of the Layard plan which aims at making up for the lack of psychotherapists and equipping the necessary structures. Thus, the plan proposes to train, over the next five years, 10,000 under-qualified and doubtless under-paid therapists (solely cognitive-behaviourists) capable of offering a standard series of ten sessions of CBT, working in teams of twenty headed by a clinical psychologist. The other therapists would be from other socio-professional backgrounds (nurses, social workers, youth workers, etc.). The details of the training are still to be seen, but the optimum model seems to be a two-year part-time training, with trainees moving into supervised practice at the end of the first year. The role of the clinical psychologist is solely one of supervision, consultation and, indeed, management.


The teams would work in easily accessible centres with no need of prescription or referral, and all of this would be separate from the traditional healthcare system and confided to a Trust, a voluntary association or a private enterprise. The goal has been set at 900, 000 treatments a year with a waiting list of less than two weeks.

On 9 October 2007, Alistair Darling, Chancellor of the Exchequer, presented his budget for 2008 and immediately assigned £30m a year, plus £170m as of 2010-11, to set up the project.


It is paradoxical that this should be a leftwing government, aiming to suffocate desire by handing over the task of bringing biopower into the most intimate sphere to statistic geeks and positivist scientists. Indeed, this is not the Britain Lacan knew and loved. It is a nation whose healthcare policy is today falling in step with the swelling of the pernickety bureaucracies in charge of creating and implementing ‘vice squads’. It is deeply concerning to learn that the current leader of the conservative party pledged that, were the elections to see him voted in, he in turn would pursue this policy of happiness. Now that he has become the leader of a government in coalition with the Lib-Dems, is he going to grant a favourable outcome to the various protests arising from the anger of psychotherapists? An appeal along these lines has been launched today by the various psychotherapy movements. One may have some misgivings as to whether this will prove to be effective given the economic problems Great Britain is having to face up to, along with the IPA’s cop out on these questions under the leadership of Peter Fonhagy.

____________________________

1. cf. LITTEN R., “We Are All Health Professionals Now”, in Psychoanalytic Notebooks, Issue 14, September 2005, pp. 141-9.

Translated from the French by Adrian Price



L’état de santé du mental en Suisse : État des lieux

Inma Guignard-Luz, NLS


Le champ de la santé mentale en Suisse est le terrain par excellence d’un ravalement massif des fictions symboliques qui, jusqu’aux années 80, ont soutenu différents appareils institutionnels, tant de santé publique que privée ; lieu où se traduisent des mutations importantes de société, qui vont au-delà des simples modifications de hiérarchies politiques et de règles de « déontologie dépassée ».

Le constat que nous faisons est qu’en Suisse, la gestion de « la Santé mentale » par des bureaucraties éclatées au pouvoir illimité a accouché d’un appareil monstrueux d’administration des populations, qui ferait reculer et pâlir toute tentative de fiction symbolique à velléité autoritaire.


Aujourd’hui, sans exagération aucune, nous pouvons aussi affirmer que la vieille espèce des « médecins psychiatres » non seulement est menacée, mais en voie de disparition. En effet, en Suisse, les gestes « experts techniques » gagnent l’ensemble des responsabilités du domaine du soin ; les responsabilités sont en phase de devenir interchangeables et équivalentes parmi les différents acteurs du champ de la santé mentale, devenu « Grand marché du mental »; dans ce mouvement, les intervenants, sont aspirés dans un engrenage d’allure économique complexe, où ils se réduisent chacun à leur tour, à n’être que les exécutants d’une gestion du marché, décidé par des groupes d’intérêts économiques aux ramifications insaisissables.


Et en même temps, en bonne logique, nous n’avons jamais assisté à une telle surenchère, dérive, hémorragie de formations continues, toutes professions du mental confondues, et ce, sans qu’aucune n’arrive à obtenir des effets d’autorité sur les autres. De fait, malgré les à-coups de décrets, la crédibilité des formations ne rencontre vraiment ni le temps, ni le lieu pour se déployer. Le système d’allure technicomercantile semble avoir mis en crise non seulement l’université, mais aussi les différentes corporations professionnelles (FMH, SSPP), qui, jusqu’ici, simulaient la régulation des formations et des droits de pratique. Toute tentative de réglementation à vocation hégémonique finit par être plus ou moins absorbée et diluée à son tour dans des mouvements de marché fluides à l’extrême.


Dans cette galère douteuse, trois ministères de l’intérieur successifs ont déjà échoué dans leur souci de juguler la hausse de coûts de la santé. Le dernier sursaut voté par la Chambre des cantons a suscité, pour la première fois en Suisse romande, une résistance des psychiatres-psychothérapeutes à un projet misant sur les réseaux de médecins, où les psychiatres sont tenus d’exécuter les demandes des médecins généralistes, à leur tour exécutants des exigences des caisses maladies. Un nouvel article catastrophique de la LAMal, voté un an auparavant et entré en vigueur le 1er janvier 2009 (l'article 22a) met les « fournisseurs de prestations » dans le champ de la santé mentale, en mesure de fournir à l’OFSP (Office fédéral de la santé publique) notamment[1], mais non seulement, les informations suivantes sous une forme anonyme : « le genre d'activité, l'infrastructure et l'équipement, la forme juridique, l'effectif du personnel et le nombre de places de formation ainsi que leurs structures, le nombre de patients et la structure de leur effectif, le genre, l'ampleur et les coûts des prestations fournies, les charges, les produits et le résultat d'exploitation, les indicateurs de qualité médicaux : «Les indications doivent être communiquées aussi bien sur l'infrastructure que sur la formation de base et la formation post-graduée, les prestations fournies et les coûts en résultant. Les données peuvent être publiées. » (p. 5229)


Collusion entre autorités politiques, corporations professionnelles et assureurs privés


Parmi les associations professionnelles, le FMH pour les médecins, semble aujourd’hui sur le point de sacrifier l’éthique d’une profession qu’elle a longtemps défendue, pour se soumettre aux administrateurs. La direction du projet a donc associé les autorités et les différents partenaires du système de santé en qualité d’observateurs et créé ainsi un large soutien au monitorage de la qualité. Les observateurs sont, entre autres l’OFSP, la CDS, H+, Santésuisse, l’organisation faîtière des organisations suisses de patients, la Fondation pour la sécurité des patients, la Commission des tarifs médicaux/SUVA ainsi que les assurances maladie[3]. Dans un article consternant, le FMH rend les armes : « La transparence de la qualité doit fournir aux assureurs maladie une base concurrentielle et générer des rémunérations fondées sur la performance. Sur une concurrence exclusivement basée sur les prix vient se greffer concurrence fondée sur la qualité. En effet la publication de données qualitatives doit permettre aux patients de comparer les fournisseurs de prestations ». Elle persiste et signe avec un argument imparable : « La Grande-Bretagne, en particulier, joue un rôle de pionnière en matière de rémunération des médecins en fonction de la qualité des soins dispensés (Pay for Performance) (…) La Suisse gagne à s'inspirer de ce qui se passe au-delà de ses frontières (États-Unis et Grande-Bretagne). »


Mais sur ce point, et c’est une première en Suisse, le groupement des psychiatres vaudois, exaspérés, a manifesté son veto cette année : « Alors que les Américains viennent de demander conseil pour réorganiser leur système de santé en pleine débâcle financière, alors que les patients anglais vont se faire opérer dans toute l'Europe signant ainsi la faillite de leur système de santé, nous devrions-nous, nous inspirer de leurs modèles ? »


En désespoir de cause, le GPPV (Groupement de psychiatres-psychothérapeutes vaudois) a fait appel en novembre 2009 à Roland Gori et l’a invité à venir en Suisse. Dès lors, sont avancées pour la première fois des références aux manifestations résistantes en Europe parmi les psychiatres suisses : « Nous trouvons en tout cas un appui à notre réticence chez différents psychiatres français, comme notre collègue R. Gori (…) Dans ce même courant, signalons la prochaine conférence le 1er mars à Genève d'une collègue lacanienne, Mme Agnès Aflalo ».


Et si aujourd’hui, le revers obscène de la loi, sautant aux yeux à l’en-droit, se dépouillait, plus que jamais et simultanément, tant de sa transcendance que de sa légitimité absolue ?

À suivre…



Mental health Babble

Marco Mauas, NLS


“Babble” is the “Babel”, the complete Mental Health Babel we experience in our civilization today .


A young woman talks in one of her sessions she had with me about her work with artists. She feels tired. She has been asking herself about what she calls her “double life”. She chastises herself with this “double life” accusation, and she constantly sees lies everywhere. Everyone’s a liar. She has tried to extricate herself from the “lies”, that she also finds in the private lives of well-known artists. “I am very tired” she says to a friend, only to receive a clear-cut “Take some Cipralex”.


Aldous Huxley didn’t go so far in his “Brave New World” (1932) when he came up with his “Soma” pills. In his New world, the Artist still is there as one of the last “men of truth”, situated outside. In our times, artists are inside, “artists inside”. It is the “dark” side of science and civilization and it pulls everyone inside the story. There are no more bad guys and good guys when Cipralex is at stake.


Information babble-bubble


It may be not very surprising to find out that the principal source of information for anxiety patients receiving medication for so called “mental health problems”, is not a clinician, but Google. There is a sort of information bubble on psychofarmacologic products, somehow comparable with the financial bubble that terrified the markets. So we end up in a sort of tragicomic Hollywoodian situation of entire communities of derided patients asking one another about the possible effects and side effects of the latest new drug. It makes me think about the latest universal remote control devices: one has to call a specialist to learn how to manage it, only to grasp that even electronic engineers do not really know how to use them.


Let’s only make a very little tour, a nano-tour, as a sample. In a site called “psycho-babble”, we find questions and answers as these:


SSRI Apathy Syndrome (Anhedonia)???


Posted by etoc on October 1, 2002, at 15:58:29


It is well known, especially among past and present users of SSRI's that these products can cause a syndrome of apathy (Who cares, I'm tired, lack of motivation). Prozac and Paxil are noted for this effects, with Zoloft being a less harming one, probably because of its putative effects on dopamine.


I am curious to hear how people suffered from this and how they dealt with it? Currently I take Lexapro 10mgs (15 days so far) and I sort of feel this way. I take 10mgs of Adderall XR and this is helpful. I like the Lexapro, as for me it has almost 0 side-effects, apart from a loss of sexual interest and ability to have an orgasm.


Please tell me if this syndrome gets better or worse, and if anyone else here experiences it.


Much Thanks...


Answers:


I feel the same way after taking zoloft. Dead beat, no motivation. Well id say adderal would help a lot. Possibly welbutrin also.

geno


I've taken Provigil with SSRIs in the past and this has been helpful.


Jon


I've had this. I got better results with maprotilene (which I couldn't continue because of side effects) and Remeron. I had moments of joy with Serzone, but it made me ravenously, compulsively hungry--quite strange. I'm currently combining Remeron and Celexa. (posted by samenewne)


it gets better when you stop taking the drug. (posted by crepuscular)


[The last post was answered by the consultant with some irony, and the psychiatrist responsible for the site very quickly stated there must be order and seriousness in the dialogue.]


Que vive la broussaille !

Claire Piette, ACF-Belgique


«“Les landes” sont comme les lambeaux, laissés sur le sol, d’une poésie primitive et sauvage que la main et la herse de l’homme ont déchirée. Haillons sacrés qui disparaîtront au premier jour sous le souffle de l’industrialisme moderne : car notre époque, grossièrement matérialiste et utilitaire, a pour prétention de faire disparaître toute espèce de friche et de broussailles aussi bien du globe que de l’âme humaine.»[1]


Koyré, dans ses réflexions sur le mensonge, distingue deux conceptions de l’homme : l’une totalitaire, l’autre qualifiée de démocratique. La première dénie au commun des mortels la pensée, l’intelligence intuitive et n’accorde à ces derniers que la compétence d’obéir et de croire tout ce qu’on leur dit sans pouvoir remarquer la contradiction.

Celle-ci insiste sur la primauté de l’action. Elle n’admet d’ailleurs pas l’existence d’une essence humaine une et commune à tous : entre l’homme et l’autre homme, il y a une différence de nature.

Selon Koyré, l’anthropologie démocratique a été sauvée, dans les années les plus noires du xxe siècle, grâce aux masses populaires des pays démocratiques.

Aujourd’hui, nos démocraties sont menacées par le retour de cette conception totalitaire qui vise, notamment, la santé mentale.

L’opinion éclairée à laquelle J-A Miller s’adressait dans ses lettres est sans doute le terreau de cette nouvelle « masse populaire » qui fera objection à la conception de l’homme « dénaturé » c’est-à-dire nié dans sa complexité mêlant à la fois le langage dont il est l’effet, un corps dont il est encombré et de ce que Freud qualifiait d’agressivité empêchant une relation sereine à lui-même et/ou aux autres.

L’ère dans laquelle nous sommes entrés amène la folie de certains à considérer notre santé mentale comme mesurable à partir de ce qui est dénommé « les troubles de la conduite ».


Un questionnaire — rapporté par une mère décontenancée face à la case à cocher pour son enfant, âgé de six ans — stigmatise des comportements claquemurés par des mots qui auraient valeur de dire la vérité sur l’être.

Répertoriés, ces derniers figent d’emblée un enfant. Une fois cette mesure prise, il suffira d’éradiquer toutes les imperfections par la voie d’un redressement comportemental ou médicamenteux. Cette visée dernière est évidemment tue au commun des mortels, mais entendue par les initiés de cette anthropologie totalitaire.


L’école, véritable vivier, se trouve prise dans ce nouvel enfermement.

Afin de rendre ces petits diables d’élèves obéissants, certaines personnes du monde universitaire psy ont confectionné un questionnaire pour les parents. Une fois l’enfant repéré par l’institutrice comme relevant d’une certaine pathologie (des problèmes dans l’acquisition des connaissances, être distrait, ne pas obéir), les parents sont amenés à remplir un questionnaire où il suffit de cocher quelques vingtaines d’items avec comme simples variables : « pas vrai », « peu vrai » et « très vrai » pour définir le côté mentalement « propret » de leur enfant.

Prenons sur la palette quelques échantillons :

« Facilement distrait, a du mal à se concentrer »,

« Plutôt solitaire dans ces jeux »,

« Ment et triche souvent »,

« Réfléchit avant d’agir »,

« En général, obéissant, fait ce que les adultes demandent ».

Inutile d’avoir un QI élevé pour savoir ce qui rangera votre enfant du côté « propre » de la santé mentale, mais c’est « oublier » foncièrement la vie psychique aucunement visible à l’œil nu.


Les deux premiers items s’immiscent dans l’esprit des parents comme le soupçon que la distraction de leur enfant ou ses « jeux solitaires » seraient un dysfonctionnement à corriger.

Pourtant lorsque Feud[2] tente de saisir ce qu’il en est du génie littéraire, il insiste sur l’attrait du jeu solitaire pour l’enfant comme étant l’une des premières traces de l’activité littéraire. L’enfant prend cela très au sérieux puisqu’en jouant « il arrange les choses de son monde suivant un ordre nouveau ».[3] Cet attrait se transformera plus tard en fantaisie diurne, se dérobant aux regards des autres. Le créateur serait celui qui met à jour sa fantaisie transformée, car il aurait préservé son d’âme d’enfant.

Le dernier poète ne mourra qu’avec le dernier homme, nous dit encore Freud.


Pour ces deux items, notre questionnaire croit débroussailler la mauvaise herbe, une sorte de barbarée intermédiaire[4] là où il a affaire à l’émergence de ce qui peut être une œuvre d’art en devenir, du moins une création si précieuse à la santé mentale de chacun.


En quoi « mentir et tricher » serait une agastache[5] à sarcler ?

Selon Koyré, « il est certain que l’homme se définit par la parole, que celle-ci entraîne la possibilité du mensonge et que rien n’en déplaise à Porphyre – le mentir beaucoup plus que le rire, est le propre de l’homme »[6]

Freud éclaire les mensonges d’enfants comme étant des productions « sous l’influence de motifs amoureux d’une force extrême et deviennent néfastes lorsqu’ils provoquent un malentendu entre l’enfant et la personne aimée ».[7]

Son indication clinique pour appréhender l’humus du mensonge s’appuie à la fois sur une signification œdipienne, mais aussi sur l’équivoque du langage lui-même.

« “Ce qu’on dit ment” nous dit Lacan jouant sur l’équivoque. L’enfant dans sa naïveté est prédisposé à jouir plus ouvertement que l’adulte de ce condiment qu’est l’équivoque, qui fait le génie de la langue et la jouissance de l’inconscient. »[8]

Freud ne condamne pas les mensonges enfantins – dont les auteurs adultes pâtiront pourtant d’une culpabilité extrême ou d’un symptôme très encombrant – puisqu’ils relèvent à la fois des motifs amoureux d’une force extrême, mais aussi parce qu’ils sont « liés aux motifs les plus forts de l’âme enfantine ».[9]

L’agastache ne peut-être arrachée puisqu’elle s’enracine à la fois dans sa relation à l’autre et dans le langage lui-même


« Réfléchir avant d’agir » c’est omettre que les adultes sont de grands enfants qui s’ignorent ! Affectés par une chose ou l’autre, ils ne répondent plus du tout à la soi-disant maturité réflexive.

Cet item souligne, par ailleurs, la contradiction d’une vision totalitaire. En effet, il sollicite la réflexion plutôt que l’action, alors que ce questionnaire se fonde uniquement sur des comportements observables dont les variables du « un peu vrai », « pas vrai » et « très vrai » ne relèvent aucunement d’une réflexion élaborée.


« En général obéissant, fait ce que les adultes demandent », dernier item, fait retentir la conception totalitaire où le petit homme ne peut qu’obéir et croire tout ce qu’on lui dit. L’enfant devrait se transformer en petit exécutant de la demande de l’Autre sans aucun reste. Son désir se trouverait alors annihilé.


Le critère de la vérité objective qui « trouve sa conformité à son utilité raciale, nationale ou sociale »[10] – dénoncé par Koyré comme poussant jusqu’au bout les théories biologistes – est le fondement de cette fabrique de questionnaires. Koyré accentue le côté biologiste de ce type de pensée, réduisant ainsi l’homme à un simple organisme vivant. Ceci n’est pas sans écho à ce que Lacan interrogeait si jamais les biologistes arrivaient, un jour, à créer des bactéries capables de nettoyer le parlêtre : « toute vie enfin réduite à l’infection qu’est la vie même ».[11]

Ce type de questionnaire a donc pour ambition de dire « le vrai sur le vrai », ce que Lacan qualifiait de mensonge.[12]

La broussaille donnera encore du fil à retordre à tous ceux qui prétendent que l’homme n’est qu’un agglomérat biologique mesurable.

Puissent les analystes, dans le champ de la santé mentale, être encore longtemps ces jardiniers qui prêtent une attention toute particulière à l’alysson épineux, à la cardamine des prés, à la raveluche, aux giroflées, à la bourse des capucins, aux euphorbes, à la roquette des mers, aux barbarées intermédiaires et aux agastaches, toutes naturellement vivaces, car ils ne sont pas sans savoir que c’est l’essence même du parlêtre.



[1] Jules Barbey d’Aurevilly, L’Ensorcelée, (1854).

[2] Freud S., « le créateur littéraire et la fantaisie », L’inquiétante étrangeté, Paris, Gallimard, 1985, pp. 33-46.

[3] Freud S., « le créateur littéraire et la fantaisie », op cit., p. 34.

[4] Plante vivace de la famille des brassicacées(http://fr.wikipedia.org/wiki/Barbarée)

[5] Plante vivace de la famille des labiées (http://fr.wikipedia.org/wiki/Agastache)

[6] Koyré A., Réflexions sur le mensonge, éditions Allia, Paris, 1996.

[7] Freud S., « Deux mensonges d’enfants », Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF 1973, p. 183

[8] Merlet A., « Un Freud divisé dans son interprétation d’un mensonge », La Lettre mensuelle, n°142, p. 18.

[9] Freud S., « Deux mensonges d’enfants », Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF 1973, p 188.

[10] Koyré A., Réflexions sur le mensonge, op cit..

[11] Lacan J., « La troisième », Lettre de l’École freudienne, 1975, n°16, p. 188.

[12] Lacan J., Le Séminaire, livre xxiii, Le sinthome, Paris, Seuil, 2005, p. 52.